Rechercher

Soutenir la communauté allergique et militer pour ses droits

Bonne Journée québécoise des allergies alimentaires!  Celle-ci fut décrétée en 2000 par le ministère de la Santé et des Services sociaux afin de sensibiliser la population du Québec à l’importance du phénomène. 

En ce 21 mars, Allergies Québec souhaite réitérer son soutien à la communauté allergique de la province.  Le partage de connaissances, la prise en charge des allergies alimentaires et la compréhension des gestes à poser en cas d’urgence font une différence, dans une situation où chaque minute compte. Il ne faut surtout pas sous-estimer le risque qu’une anaphylaxie survienne inopinément.  À titre d’exemple, on rapporte que jusqu’à 75 % des personnes allergiques aux arachides ont été exposées accidentellement à cet allergène.

Au Canada, les arachides, le blé, le lait, la moutarde, les noix, les œufs, les poissons et fruits de mer, le sésame et le soya ont été définis comme les allergènes prioritaires, car ils sont responsables de la majorité des réactions allergiques sévères. Mais au total, c’est plus de 160 aliments allergènes qui ont été recensés au pays.  

Les enfants plus à risque …et pas de réglementation en milieu scolaire    

Les allergies alimentaires représentent une condition de santé en forte croissance au Québec qui affecte environ 300 000 personnes.  De ce nombre, les enfants sont deux fois plus touchés que les adultes, représentant environ 8% des moins de 18 ans de la province. De plus, certains pays industrialisés ont recensé une augmentation spectaculaire de 350% des admissions à l’hôpital pour une réaction anaphylactique.

Cette situation est d’autant plus inquiétante, dans le contexte où le Québec est la seule province canadienne ne possédant pas de réglementation ou de législation permettant d’uniformiser les pratiques liées à la prise en charge de l’anaphylaxie en milieu scolaire. C’est donc dire qu’il n’existe aucune loi exigeant que les centres de services scolaires ou les directions d’écoles établissent et maintiennent une politique sur l’anaphylaxie pour encadrer les élèves ayant de graves allergies. Plusieurs provinces canadiennes ont attendu un drame avant d’agir de leur côté, situation que l’ensemble de la population québécoise souhaiterait certainement éviter. Rappelons que les études démontrent que jusqu’à 20% des premiers événements anaphylactiques se produisent à l’école.

« Puisque les enseignants et le personnel évoluant en milieu de garde ne reçoivent pas de formation en allergies alimentaires qui soit adaptée à leur contexte de travail, il revient souvent aux familles d’assurer une prise en charge adéquate en début d’année scolaire », affirme Dominique Seigneur, directrice des communications d’Allergies Québec.  « Notre province voisine, l’Ontario, a adopté en 2006 la loi Sabrina, 2 ans après le décès d’une jeune fille d’une réaction anaphylactique à son école. Allergies Québec milite depuis plus de 15 ans pour faire avancer la cause et résoudre ce vide législatif. Il est grand temps pour le gouvernement d’agir. », ajoute-t-elle.

Afin de souligner son soutien aux personnes allergiques, à leur famille, à leur entourage, ainsi qu‘aux enseignants et au personnel scolaire, Allergies Québec poursuit ses démarches de sensibilisation auprès du gouvernement du Québec, afin qu’il reconnaisse l’importance et l’urgence de mettre en place des directives claires et scientifiquement éprouvées, ainsi qu’une formation adéquate pour les intervenants, enseignants et autres membres du personnel scolaire. 

La sécurité des enfants allergiques fréquentant les écoles du Québec doit être une priorité.

À propos d’Allergies Québec

Fondée en 1990, Allergies Québec a pour mission la promotion de la sécurité et l’amélioration de la qualité de vie de ceux et celles qui doivent composer avec des allergies alimentaires. L’association met notamment en place des programmes d’information, de soutien, d’éducation, de formation et de sensibilisation. 

Vous avez des idées de projets pour Allergies Québec?

Faites nous part d’un outil, article ou conseil dont vous avez besoin!

Écrivez-nous à communication@allergiesquebec.ca.

À VOIR AUSSI :

Pourquoi certaines allergies sont-elles plus dangereuses que d'autres?

1] Jensen-Jarolim, E. et Untersmayr, E. (2008). Gender-medicine aspects in allergology. Allergy, 63(5), 610–615. https://doi.org/10.1111/j.1398-9995.2008.01645.x

[2] De Martinis, M., Sirufo, M. M., Suppa, M., Di Silvestre, D. et Ginaldi, L. (2020). Sex and gender aspects for patient stratification in allergy prevention and treatment. International journal of molecular sciences, 21(4), 1535. https://doi.org/10.3390/ijms21041535