En cas de réaction allergique sévère (Anaphylaxie)

Pour toute situation d’urgence, appelez le 9-1-1. 

  • Retarder l’utilisation de l’auto-injecteur peut être fatal, alors que l’utiliser quand ce n’est pas absolument nécessaire n’aura pas de conséquences graves chez une personne en santé.
  • L’auto-injecteur d’épinéphrine est la seule médication à utiliser en cas d’anaphylaxie
  • La prise de médicaments contre l’asthme (bronchodilatateurs de type Ventolin®) ou d’antihistaminiques (par exemple : Benadryl®) ne sont pas recommandés lors d’une réaction de type anaphylactique.

Depuis le 4 avril 2013, en l’absence d’un premier répondant ou d’un technicien ambulancier, toute personne peut administrer l’auto-injecteur à un individu présentant les signes d’une réaction allergique sévère de type anaphylactique. Pour plus d’information sur ce règlement, suivez ce lien.

Cliquez pour la version PDF
  1. Administrer une dose d’épinéphrine à l’aide de l’auto-injecteur en cas d’apparition d’un symptôme grave OU d’une combinaison de symptômes légers affectant plus d’un système de l’organisme (voir la description des symptômes dans le tableau ci-dessous). (Instructions détaillées de l’auto-injecteur : EpiPen® et de l’auto-injecteur Auvi-Q®)
  2. Appeler le 911.
  3. En cas de malaise ou d’étourdissement, étendre la personne sur le dos, soulever ses jambes et les garder surélevées. En cas de nausées, de vomissements ou de difficultés respiratoires, laisser la personne s’asseoir ou se coucher sur le côté.
  4. Administrer une deuxième dose d’épinéphrine aussi rapidement que 5 minutes après l’injection de la première dose si les symptômes ne s’améliorent pas.
  5. Faire transporter immédiatement la personne à l’hôpital en ambulance.
SYSTÈMES SYMPTÔMES LÉGERS
Nez et yeux (système respiratoire supérieur Nez : éternuements, écoulements, démangeaisons Yeux : démangeaisons, écoulements
Peau Urticaire légère, démangeaisons légères (bouche, etc.)
Système digestif Faible nausée, inconfort
SYMPTÔMES GRAVES
Poumons Essoufflement, respiration sifflante, toux persistante
Cœur Pâleur, peau bleutée, faiblesse, pouls faible, étourdissement
Gorge Serrement, voix rauque, difficultés à respirer, difficultés à avaler
Bouche Enflure marquée de la langue et/ou des lèvres
Peau Urticaire importante sur le corps, rougeur répandue, enflure des paupières et/ou du reste du visage
Système digestif Vomissements à répétition, diarrhée grave
Autres Sentiment de malheur imminent, anxiété, confusion
  • Les symptômes « légers » peuvent indiquer le début de la cascade vers l’anaphylaxie.
  • Si la personne présente un seul symptôme léger, gardez-la en observation, la situation pourrait évoluer rapidement.
  • Si la personne présente plusieurs symptômes légers dans un même système(par exemple, nez et yeux, c’est-à-dire le système respiratoire supérieur, voir tableau ci-dessus), gardez-la en observation, la situation pourrait évoluer rapidement.
  • Si un autre symptôme léger apparaît, dans un 2e système, utilisez l’auto-injecteur d’épinéphrine immédiatement.
  • Bien qu’il soit nécessaire d’utiliser l’auto-injecteur en présence d’un seul symptôme grave, il ne faut pas attendre un symptôme gravepour injecter, lorsque la personne présente une combinaison de symptômes légers dans plus d’un système.
  • Dans tous les cas, il est important d’évaluer l’état général de la personne qui vit des symptômes qualifiés de légers.
  • Il faut se rappeler que les réactions sévères de type anaphylactiques sont imprévisibles. Chez une même personne, les symptômes ainsi que leur progression peuvent varier significativement d’un épisode à l’autre.
  • En présence d’une personne connue pour un antécédant de réaction allergique de type anaphylactique, l’épinéphrine doit être administrée à l’aide d’un auto-injecteur aux premiers signes d’une réaction allergique, lorsqu’il a eu ou que l’on soupçonne un contact avec un allergène (même lorsque consommé jusqu’à 12 heures avant la réaction). Si des indications spécifiques et différentes ont été communiquées par le médecin traitant au sujet du plan d’urgence, ces dernières ont préséance sur le reste.
  • Chez une personne non connue allergique, après avoir identifié un agent causal possible et la présence de symptômes d’une réaction allergique sévère de type anaphylactique, l’administration de l’épinéphrine doit également être effectuée, sans tarder.
  • Les personnes asthmatiques ayant aussi un historique d’anaphylaxie sont plus à risque d’éprouver des problèmes respiratoires sérieux lors d’une réaction anaphylactique.
    Si vous soupçonnez une réaction anaphylactique selon les critères décrits dans le tableau ci-dessus, il faut administrer l’épinéphrine sans hésitation.
  • La personne qui a reçu de l’épinéphrine doit être conduite immédiatement à l’hôpital, car un traitement d’appoint peut être indiqué et une deuxième réaction (réaction biphasique) peut survenir quelques heures après la première. Une surveillance médicale étroite est donc nécessaire.
  • Même si certains effets secondairespeuvent survenir après une injection d’épinéphrine (pâleur, palpitations, tremblements, étourdissements, faiblesse, mal de tête, nervosité, anxiété, arythmie cardiaque) les bienfaits de ce médicament dépassent largement les inconvénients liés à son utilisation.
L’anaphylaxie est une réaction allergique rapide et généralisée (touchant plusieurs systèmes / organes), souvent imprévisible, qui peut conduire au décès en quelques minutes en absence d’une injection d’épinéphrine.
  • Il faut distinguer la réaction anaphylactique du choc anaphylactique. Ce dernier ne survient que lorsqu’il y a chute de la pression artérielle.
  • En général, la réaction anaphylactique apparaît dans les minutes qui suivent l’expositionà l’élément déclencheur, habituellement dans les deux premières heures, et ne se produit que rarement plusieurs heures plus tard.
  • Plus l’apparition des symptômes est rapide, plus la réaction risque d’être intense. Il faut donc agir dans les plus brefs délais.
  • Le risque de réaction biphasique est plus élevé s’il y a eu un retard dans l’administration du traitement approprié. Bulle sur réaction biphasique : Il s’agit d’une deuxième réaction semblable pouvant survenir jusqu’à 4 à 8 heures plus tard.
  • Il faut distinguer la réaction anaphylactique du choc anaphylactique. Ce dernier ne survient que lorsqu’il y a chute de la pression artérielle.
  • En général, la réaction anaphylactique apparaît dans les minutes qui suivent l’expositionà l’élément déclencheur, habituellement dans les deux premières heures, et ne se produit que rarement plusieurs heures plus tard.
  • Plus l’apparition des symptômes est rapide, plus la réaction risque d’être intense. Il faut donc agir dans les plus brefs délais.
  • Le risque de réaction biphasique est plus élevé s’il y a eu un retard dans l’administration du traitement approprié.
Autres symptômes de l’anaphylaxie Outre les principaux symptômes décrits dans le tableau ci-dessus, certains autres sont aussi rapportés à l’occasion, soit : Goût métallique dans la bouche; rougeurs ou chaleurs sur la peau;  modification des pleurs chez les jeunes enfants; démangeaison des canaux auditifs externes et du nez;  congestion nasale; pouls rapide; sueurs froides; perte de conscience; douleur à la poitrine et chute de tension artérielle.