Prévention des allergies alimentaires

Dans cette page:Enfants à risque d’allergies alimentaires >
Grossesse et prévention des allergies alimentaires >
Allaitement et prévention des allergies alimentaires >
Préparations commerciales pour nourrissons et prévention des
allergies alimentaires >
Introduction des solides et prévention des allergies alimentaires >

Enfants à risque d’allergies alimentaires

La prévalence des allergies chez les enfants se situe autour de 6 %. Une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux contribue au risque de développer une condition allergique. Le terme atopie décrit cette prédisposition chez certains individus. L’historique familial, en particulier, contribue au risque de développer des allergies alimentaires. Un enfant est considéré à haut risque lorsque l’un de ses parents, frères ou sœurs présente une maladie allergique (allergie alimentaire, rhinite allergique, eczéma, asthme).

Il est impossible de prédire le type d’allergie qu’un enfant développera, mais on remarque que plus le degré de parenté est direct, plus l’enfant risque de présenter une ou des maladies atopiques. Dans certains cas, un enfant pourrait manifester la même allergie que son parent, son frère ou sa sœur, mais il est aussi possible que sa condition se manifeste de façon complètement différente.

Lorsque les deux parents vivent avec une allergie, le risque que leur enfant développe une allergie IgE médiée varie entre 50 % et 60 %.

Voici un résumé des données récentes sur la prévention des allergies alimentaires chez les enfants pendant la grossesse, l’allaitement et l’introduction des aliments solides.

Grossesse et prévention des allergies alimentaires

Même si l’enfant est considéré à risque de développer des allergies alimentaires, les recherches démontrent qu’une diète d’éviction des principaux allergènes (allergènes prioritaires) n’a pas d’effet protecteur sur celui-ci. Bien sûr, une mère vivant elle-même avec des allergies alimentaires poursuivra une diète adaptée en fonction de ses restrictions.

Conclusion : aucune restriction alimentaire concernant les principaux allergènes n’est recommandée pendant la grossesse.

Allaitement et prévention des allergies alimentaires

Les professionnels de la santé recommandent un allaitement exclusif pendant les quatre à six premiers mois de la vie du nourrisson, et ce jusqu’à ce que soient introduits les aliments solides. Le lait maternel continuera par la suite à combler jusqu’à la moitié des besoins nutritionnels du bébé, en complémentarité de l’alimentation solide. Jusqu’à l’âge d’un an, le lait devrait constituer le principal aliment du bébé. Selon la Société canadienne de pédiatrie, la pratique de l’allaitement devrait être poursuivie au moins jusqu’à l’âge de deux ans, en raison de ses bienfaits immunologiques et développementaux.

Le bébé nourri au lait maternel ne peut être allergique à celui-ci, mais il peut réagir à certaines protéines consommées par la mère, transmises via le lait maternel.

Conclusion : La communauté scientifique n’a pas établi de corrélation entre l’alimentation de la mère qui allaite et le risque que son enfant développe une allergie chez une famille atopique. Dans une perspective de prévention des allergies, il ne serait pas nécessaire de modifier la diète de la mère qui allaite. Toutefois, lorsqu’une réaction aux protéines contenues dans le lait maternel est soupçonnée, il est important d’évaluer la situation avec un professionnel de la santé et de modifier, au besoin, la diète de la mère.

Le lait maternel contient :

  • des protéines faciles à digérer
  • des acides gras, tels que l’ADH (un acide gras oméga-3) et l’ARA (un acide gras oméga-6)
  • l’ADH et l’ARA favorisent, entre autres choses, la croissance normale du cerveau, des yeux et des nerfs, particulièrement chez les enfants de moins de deux ans
  • du cholestérol, qui rendrait l’enfant plus apte à régulariser son taux de cholestérol à l’âge adulte
  • une quantité abondante de lactose, facilitant l’absorption du calcium
  • du fer et du zinc sous forme efficacement absorbée
  • des minéraux en quantité suffisante, dont le sodium et le potassium, fournis en doses respectant le système rénal des tout-petits
  • suffisamment d’eau pour hydrater le bébé (sans devoir recourir au biberon d’eau)
  • toute une gamme de vitamines.

Au Canada, il est recommandé de complémenter l’alimentation de l’enfant allaité avec une dose de 400 UI de vitamine D par jour, dès la naissance, puisque le lait maternel ne contiendrait pas suffisamment de vitamine D pour prévenir le rachitisme. L’ajout d’un complément de vitamine B12 peut être suggéré pour une mère végétalienne qui allaite.

Le lait maternel protège en fournissant des anticorps :

  • contre de nombreuses infections de natures bactériennes et virales, notamment les infections respiratoires et gastro-intestinales ainsi que les otites
  • contre certains agents pathogènes
  • contre la multiplication de bactéries néfastes grâce au facteur bifidus, qui participe à la constitution de la flore intestinale
  • contre les staphylocoques et d’autres bactéries grâce à la protéine lactoferrine

Que votre bébé soit nourri au sein ou au biberon, téléchargez ce journal des bonnes tétées (PDF ) pour observer son alimentation

Préparations commerciales pour nourrissons et prévention des allergies alimentaires

Les six premiers mois

Les systèmes immunitaire et digestif de l’enfant subissent leur plus importante maturation au cours des six premiers mois de vie. Rappelons que les dernières lignes directrices américaines et européennes, en plus de la Société canadienne de pédiatrie recommandent l’allaitement exclusif, jusqu’à l’introduction des aliments solides. Toutefois, lorsque l’allaitement n’est pas possible, les lignes directrices suggèrent l’utilisation de préparations hautement hydrolysées chez les enfants à risque puisqu’elles pourraient réduire le développement des allergies. La Société canadienne de pédiatrie note également dans ce sens que « des données limitées indiquent qu’il est possible de prévenir les allergies chez les nourrissons à haut risque pendant l’enfance, grâce à l’utilisation de certaines préparations hydrolysées pendant les quatre à six premiers mois de vie, plutôt que des préparations à base de lait de vache intact ».

Tout comme pour l’allaitement, si l’enfant est nourrit avec une préparation commerciale pour nourrissons, ce lait devra constituer l’essentiel de son alimentation jusqu’à l’introduction des aliments solides. Après quoi, cette préparation commerciale pour nourrisson deviendra progressivement complémentaire.

Choisir une préparation commerciale peut se révéler complexe. Un médecin, un allergologue ou une nutritionniste spécialisée en allergies alimentaires peut vous accompagner durant ce processus. Il faut aussi prendre en considération le coût relié aux préparations spéciales. Il est à noter que celles-ci ne sont habituellement pas remboursées par les régimes d’assurance-médicaments provinciaux lorsqu’elles sont utilisées à titre préventif.

Si l’allergie est confirmée et qu’une préparation commerciale adaptée à la diète de votre enfant est prescrite par un professionnel de la santé, la plupart des régimes d’assurance-médicaments provinciaux vous offriront un remboursement.

Les différents types de préparations commerciales offertes sur le marché

La liste ci-dessous résume où en sont les recherches sur les différents types de préparation pour nourrissons, lorsqu’il est question de prévenir les allergies alimentaires.

Voici également un tableau des différentes marques de préparation commerciales dont vous pourrez discuter avec votre professionnel de la santé, selon les besoins de votre enfant.

1. Préparations commerciales hydrolysées (hautement et partiellement hydrolysées)

Selon la Société canadienne de pédiatrie, « des données limitées indiquent que les préparations à base de lait hydrolysé ont un effet protecteur contre la dermatite atopique que les préparations à base de lait de vache intact n’ont pas ». Les études sont effectivement contradictoires entre elles et ne présentent pas d’évidences claires quant à l’effet protecteur sur l’eczéma qu’auraient les préparations commerciales hautement ou partiellement hydrolysées. Une étude suggère que les préparations commerciales hautement hydrolysées pourraient avoir le potentiel de réduire son apparition, mais plus d’études à plus grande échelle sont nécessaires avant d’établir des recommandations formelles.

Il n’y a pas non plus d’évidences claires quant à l’effet protecteur des préparations hydrolysées envers les allergies alimentaires. Toutefois, c’est ce qui est recommandé pour le moment comme première option de remplacement lorsque l’allaitement exclusif n’est pas possible. Les préparations hautement hydrolysées semblent être plus efficaces pour prévenir l’allergie au lait, mais encore une fois, plus d’études sont nécessaires pour prouver leur effet protecteur.

2. Préparation commerciale à base d’acides aminés

Les préparations à base d’acides aminés sont utilisées pour le traitement d’une allergie sévère quand un bébé démontre une intolérance aux préparations fortement hydrolysées. Les préparations à base d’acides aminés ne sont pas utilisées à titre préventif.

4. Préparations à base de soya

Les préparations commerciales à base de soya ne sont pas utilisées à titre préventif.

5. Préparations commerciales ordinaires

Les préparations commerciales à base de protéines de lait intactes ne sont pas utilisées à titre préventif.

Du sixième au douzième mois

Préparations commerciales

Chez l’enfant qui consomme déjà des préparations commerciales, le parent peut continuer à lui donner le même type ou encore essayer une option plus économique ou mieux adaptée aux besoins de sa famille. Notons qu’il est important de valider ce choix avec un professionnel de la santé.

Lait de vache

L’introduction du lait de vache 3,25 % de M.G. peut se faire entre l’âge de 9 mois et 12 mois, si l’enfant mange une variété d’aliments solides provenant de tous les groupes alimentaires. Consultez le Mieux vivre pour plus de détails.

Boissons de riz, d’avoine, de soya… Et les autres boissons végétales

Avant l’âge de deux ans, il est déconseillé de remplacer le lait de vache, le lait maternel ou la préparation commerciale par des boissons à base de riz, d’avoine, de soya ou autres, à moins d’avoir l’appui d’une nutritionniste. Celles-ci ne contiennent pas suffisamment de nutriments (dont le gras et les protéines) pour combler les besoins de l’enfant et assurer sa pleine croissance ; il faut donc s’assurer avec une professionnelle d’aller chercher ces nutriments ailleurs.

Introduction des solides et prévention des allergies alimentaires

Du sixième au douzième mois (ou à partir du quatrième mois chez certains bébés*)

L’introduction des aliments solides, incluant les allergènes, devrait se faire vers l’âge de six mois. La plupart des bébés sont prêts à consommer des aliments en purée, dès l’âge de 4 à 6 mois. Notons que l’allaitement ou la préparation commerciale devraient continuer à être offerts en priorité jusqu’à l’âge de 9 à 12 mois.

Selon les plus récentes études sur le sujet, le fait de retarder la consommation d’aliments allergènes après l’âge de six mois ne préviendrait pas le développement d’une allergie alimentaire chez le jeune enfant . De plus, selon une directive de la Société canadienne de pédiatrie, publiée le 24 janvier 2019, il est désormais recommandé d’introduire les aliments solides, incluant les allergènes prioritaires, chez les enfants à haut risque entre l’âge de quatre et six mois (mais pas avant l’âge de quatre mois), ou dès que l’enfant est prêt .

Autres recommandations reliée à l’introduction des arachides, pour l’enfant à risque

  • Lorsque l’enfant présente de l’eczéma léger ou modéré, on recommande d’introduire des aliments contenant des arachides, vers l’âge de six mois, sous une forme appropriée pour un bébé.
  • *Et lorsque l’eczéma de l’enfant est sévère ou qu’il a un diagnostic d’allergie aux œufs, il est recommandé d’introduire les arachides entre 4 et 6 mois. Autant que possible, l’enfant devrait voir un allergologue pour faire un test d’allergie aux arachides avant, pourvu que ce rendez-vous ne retarde pas l’introduction passé l’âge de 6 mois.
  • Si l’enfant tolère bien les arachides, il devrait continuer à en consommer régulièrement pour maintenir sa tolérance.

Voici certains autres conseils de la Société canadienne de pédiatrie

  • Introduisez un aliment allergène à la fois, ce qui vous permettra de surveiller la survenue d’une éventuelle réaction allergique. Il n’est cependant pas recommandé d’attendre inutilement avant d’introduire un autre aliment.
  • Si votre enfant tolère un aliment allergène, continuez de lui en offrir régulièrement, à raison de quelques fois par semaine, afin de lui permettre de maintenir sa tolérance face à cet allergène.
  • En cas de réaction à un aliment, consultez un médecin ou un allergologue.

Il est conseillé d’introduire un nouvel aliment tous les trois jours afin de pouvoir observer les réactions de l’enfant. Bien que la majorité des réactions soient immédiates (ou qu’elles surviennent dans les deux heures suivant la consommation de l’aliment), d’autres peuvent survenir plusieurs heures après un contact avec l’allergène. Afin de bien surveiller la réaction de bébé, il est souhaitable d’introduire les nouveaux aliments à la maison et non pas au restaurant, à la garderie ou ailleurs.

Les allergènes les plus fréquents chez les enfants sont :

  • Les produits laitiers (lait, yogourt, fromage, crème glacée, etc.)
  • Les œufs
  • Les arachides
  • Les noix
  • Le blé
  • Le soya
  • Les fruits de mer (poissons, mollusques, crustacés)

Téléchargez et remplissez ce journal d’introduction des aliments solides pour suivre l’évolution de l’alimentation de votre enfant ou consulter notre exemple de journal d’introduction des aliments solides.

1.Société canadienne de pédiatrie. (1 février 2016). L’exposition alimentaire et la prévention des allergies chez le nourrisson à haut risque. Repéré à https://www.cps.ca/fr/documents/position/prevention-des-allergies-chez-les-nourrissons-a-haut-risque
2.Société canadienne de pédiatrie. (24 janvier 2019). Le moment d’introduire les aliments allergènes solides chez les nourrissons à haut risque. Repéré à https://www.cps.ca/fr/documents/position/allergenes-solides