Garderie

La recherche d’une garderie et l’intégration de l’enfant sont des étapes souvent anxiogènes dans la vie d’un parent. Il va sans dire que pour plusieurs, ce processus est d’autant plus exigeant lorsqu’il est question d’allergies alimentaires. Vous trouverez ci-dessous des conseils visant à assurer la sécurité de votre petit dans son nouveau milieu et un portrait des protocoles et procédures dans les garderies pouvant accueillir les enfants avec des allergies alimentaires.

 

Dans cette page:Conseils favorisant une intégration sécuritaire
Suggestions pour développer l’autonomie de votre enfant
Protocoles et procédures des garderies
Le retrait des allergènes dans les milieux de garde est-il souhaitable?

Conseils favorisant une intégration sécuritaire

  • Si ce n’est pas déjà fait, demandez à votre allergologue de remplir un plan d’urgence individualisé (ou plan d’intervention individualisé).
  • Lisez la documentation et les politiques que le service de garde vous remettra, afin de bien comprendre comment se passeront l’intégration et l’identification de votre enfant, la planification des repas et les sorties à l’extérieur de l’installation. Ces documents pourront servir de point de départ aux discussions que vous aurez avec le milieu de garde.
  • Déclarez les allergies de votre enfant avant ou dès l’inscription de celui-ci.
  • Prenez rendez-vous avec le service de garde avant l’intégration de votre enfant dans le nouveau milieu. Arrivez avec une attitude ouverte; une bonne communication et une collaboration entre les parents et la garderie seront essentielles à la réussite de l’intégration de l’enfant allergique.
  • Lors de cette première rencontre, le service de garde demandera aux parents de remplir certains formulaires. Vous devrez fournir la liste précise des aliments intégrés dans l’alimentation de l’enfant à ce jour. Lors de la première rencontre, on discutera de l’allergie de l’enfant et du plan d’urgence individualisé en cas de réaction allergique et des différentes stratégies en place dans le milieu de garde.

Dès l’entrée de l’enfant au service de garde

  • Fournissez au moins un auto-injecteur (non périmé) à la garderie.
  • Notez la date d’expiration de l’auto-injecteur et remplacez-le au bon moment.
  • Faites porter à votre enfant une pièce d’identité médicale, comme MedicAlert®.
Quelques conseils pour développer l’autonomie de votre enfant lorsqu’il grandit
  • Expliquez-lui que certains aliments peuvent le rendre gravement malade.
  • Informez-le sur les allergènes qu’il doit éviter.
  • Habituez-le à porter une pièce d’identification médicale signalant ses allergies
  • Enseignez-lui à reconnaître les symptômes d’une réaction allergique et à prévenir un adulte immédiatement s’ils devaient survenir.
  • Apprendre à porter son auto-injecteur à la taille, lorsqu’il aura la maturité nécessaire.
  • Dès le jeune âge, impliquez votre enfant dans les gestes de prévention (vous êtes son modèle!) :
    • Se laver les mains avant et après les repas.
    • Laver les comptoirs de la cuisine avant de cuisiner.
    • Se responsabiliser (ex. : mettre son napperon sur la table).
    • Développer le réflexe de toujours lire les étiquettes avant d’utiliser ou de manger un ingrédient (bien avant la lecture, on lui apprendra à demander à un adulte de le faire pour lui).
    • Préparer avec vous ses aliments.

Protocoles et procédures des milieux de garde

Les établissements en mesure d’accueillir l’enfant vivant avec des allergies alimentaires mettent en place des protocoles et procédures visant son intégration et sa sécurité, dont certaines sont obligatoires au Québec, qu’il soit question de garderies privées ou de Centres de la petite enfance (CPE).

Les documents d’identification de l’enfant allergique et les protocoles et procédures visent à assurer sa sécurité. Ces derniers cibleront par exemple la préparation des repas et des collations, des menus adaptés spécialement pour l’enfant, l’identification des plats et des collations au nom de l’enfant, la distribution personnalisée des plats avec un code couleur ou dans une vaisselle adaptée, la sélection des ingrédients (ex. : lecture systématique des étiquettes), de même que les méthodes visant à limiter la contamination croisée.

L’établissement devra également s’assurer d’une transmission efficace de l’information concernant l’allergie de l’enfant à l’interne, soit de l’administration au responsable de l’alimentation, à l’éducatrice de l’enfant, puis à l’ensemble de l’équipe du milieu de garde. Lorsqu’un enfant est allergique, et surtout s’il présente un risque d’anaphylaxie, on veut également savoir en tout temps où se trouvent le jeune et son traitement advenant une réaction allergique.

Du côté de la reconnaissance des symptômes de l’anaphylaxie chez l’enfant, ces notions sont incluses dans le cours de premiers soins, lequel est obligatoire pour tout le personnel du service de garde qui gravite autour de l’enfant allergique.

En ce qui concerne l’hygiène et la salubrité, une formation portant notamment sur les méthodes de travail pour éviter la contamination est requise pour tous les exploitants des lieux où sont préparés des aliments destinés à la consommation humaine, incluant les services de garde accueillant plus de 9 enfants et reconnus par le ministère de la Famille (Règlement sur les aliments, chapitre P-9, r.1). Les responsables en milieu familial doivent également se soumettre à plusieurs articles du Règlement. Dans ce contexte, certains parents d’enfants allergiques opteront ainsi pour un milieu de garde régi par le ministère de la Famille.

Selon la Loi sur les services de garde éducatifs à l’enfance, « le titulaire d’un permis [de centre de la petite enfance ou de garderie] doit s’assurer que chaque membre de son personnel de garde soit titulaire d’un certificat, datant d’au plus 3 ans, attestant la réussite d’un cours de secourisme adapté à la petite enfance d’une durée minimale de 8 heures comprenant un volet sur la gestion de réactions allergiques sévères ou d’un cours d’appoint d’une durée minimale de 6 heures visant la mise à jour des connaissances acquises dans le cadre du cours de secourisme adapté à la petite enfance » (art. 20).

Le retrait des allergènes dans les milieux de garde est-il souhaitable et envisageable?

Il est utopique d’éliminer tous les allergènes alimentaires de la cuisine d’un milieu de garde, étant donné le grand nombre d’aliments pouvant causer des réactions sévères. Il est préférable de bien se préparer et d’adopter des méthodes efficaces qui permettront d’éviter la contamination et réduire le risque pour l’enfant, sans pour autant retirer tous les allergènes. L’important est que toute l’équipe ait suivi la même formation sur les allergies alimentaires et leur gestion, que tout le personnel reçoive le même message.

La démarche du milieu de garde devrait également être partagée avec les parents d’enfants allergiques, en toute transparence. Les actions devraient être axées sur la prévention et l’installation de filets de sécurité dans le milieu, lesquels permettront de réduire le risque pour l’enfant allergique.

Dans certaines circonstances, on pourrait envisager le retrait temporaire des allergènes, par exemple dans un service de garde en milieu familial ou encore dans les groupes d’enfants plus jeunes. Cela donne le temps à la responsable ou au personnel de s’adapter à l’allergie et d’adopter des stratégies de gestion efficaces des allergènes.

Allergies Québec offre des formations destinées aux garderies, écoles et autres milieux jeunesse.