L’entrée à la maternelle avec des allergies alimentaires… en temps de COVID-19

Caroline Ayotte est la maman de Tristan, un petit homme de 5 ans qui fera son entrée à la maternelle cet automne et qui vit avec plusieurs allergies alimentaires (noix, œufs et moutarde). Comme tous les parents d’enfants allergiques, Caroline vit beaucoup d’inquiétudes face à la rentrée des classes, d’autant plus que la prochaine rentrée se fera en contexte de pandémie. Allergies Québec a répondu à ses questions.

Quelles seront les mesures mises en place dans les écoles pour limiter la propagation de la COVID-19 et qui auront un impact sur la gestion des allergies alimentaires ?

En prévision de la rentrée scolaire 2020-2021, la CNESST a publié un Guide de normes sanitaires en milieu de travail pour le réseau scolaire (préscolaire, primaire, secondaire, formation générale des adultes et formation professionnelle) — COVID-19. Ce guide présente les mesures sanitaires que les établissements scolaires devront mettre en place en période de pandémie.

Voici quelques-unes des mesures qui devront être appliquées dans les écoles du Québec dès septembre 2020*. Ces mesures, qui visent à diminuer le risque de propagation de la COVID-19, pourraient également diminuer le risque de contamination par les allergènes et ainsi rendre plus facile la gestion des allergies alimentaires en contexte scolaire :

  • Distanciation physique. Dans la mesure du possible, le personnel devra maintenir une distance minimale de 2 mètres avec les autres personnes, incluant les élèves. Une distance de 1 mètre devra être maintenue entre les élèves des différentes classes qui circulent dans les aires communes, incluant les corridors. 
  • Si possible, les élèves sont gardés dans le même groupe et dans les mêmes locaux.
  • Hygiène des mains. Le personnel et les élèves doivent être sensibilisés en matière d’hygiène des mains avec de l’eau tiède et du savon OU avec une solution hydroalcoolique dont la concentration en alcool est d’au moins 60 %. Le lavage des mains devrait durer au moins 20 secondes et se faire notamment avant et après avoir mangé, en entrant et en sortant des locaux, et après chaque utilisation de l’équipement collectif.
  • Nettoyage et désinfection des surfaces. Les aires de repas devront être nettoyées après chaque repas et être désinfectées chaque jour.

*Note : il est possible que certaines de ces mesures soient mises à jour d’ici la rentrée.

 

L’utilisation d’une solution hydroalcoolique (de type Purell®) prévue dans le guide de la CNESST* est-elle efficace pour éliminer les allergènes alimentaires présents sur les mains ?

Non. Les solutions hydroalcooliques sont des produits désinfectants dont l’objectif est de tuer les germes présents sur les mains. Ces solutions sont donc efficaces pour détruire le virus à l’origine de la COVID-19. Mais pour déloger les allergènes alimentaires sur la peau, un bon nettoyage des mains s’impose. Pour ce faire, on utilise un agent nettoyant (p. ex., du savon à mains), on applique une action mécanique en frottant pour faire mousser, puis on rince pour éliminer les saletés.

L’efficacité limitée des solutions hydroalcooliques pour déloger les allergènes alimentaires sur la peau a été démontrée en 2004 par l’équipe de Tamara T. Perry. Ensemble, ces chercheurs ont évalué l’efficacité de différents agents nettoyants pour éliminer les résidus de beurre d’arachide sur les mains des volontaires ayant participé à l’étude [1].

Parmi les produits efficaces pour déloger les allergènes alimentaires sur les mains, notons le savon à main liquide et en barre et les lingettes nettoyantes. De leur côté, l’eau utilisée seule et les solutions hydroalcooliques laissaient des résidus d’arachide sur les mains.

*Le guide de la CNESST demande le lavage des mains à l’eau savonneuse OU avec une solution hydroalcoolique. Le choix de la méthode est laissé à la discrétion des établissements scolaires.

À lire aussi : Éviter la contamination des mains, de la vaisselle et des surfaces : Zoom sur les techniques de nettoyage

Puisque les élèves pourraient dîner dans leur classe en raison de la COVID-19, quelles mesures seront mises en place pour limiter la contamination croisée ?

Pour limiter la propagation de la COVID-19, le guide de la CNESST demande que les surfaces soient nettoyées et désinfectées après chaque repas. Cette mesure serait également suffisante pour éliminer les allergènes alimentaires, et donc la contamination croisée. En effet, selon les données publiées par Tamara T. Perry et son équipe, les produits nettoyants d’usage courant sont efficaces pour éliminer les allergènes alimentaires sur les surfaces, exception faite du savon à vaisselle, qui pouvaient laisser des résidus d’allergènes [1]. L’étude ne statue cependant pas si la quantité d’allergènes résiduelle laissée par le savon à vaisselle était suffisante pour provoquer une réaction allergique.

À lire aussi : Éviter la contamination des mains, de la vaisselle et des surfaces : Zoom sur les techniques de nettoyage

Quelles sont les obligations des écoles reliées à la gestion des allergies alimentaires des élèves ?

Au Québec, aucune législation provinciale n’encadre pour le moment les enfants allergiques en milieu scolaire. Chaque commission scolaire doit donc élaborer son propre protocole en matière de gestion de l’anaphylaxie et le faire respecter dans les écoles qu’elle dessert. Les politiques et procédures varient donc d’une école à l’autre.

Allergies Québec milite pour la standardisation de la prise en charge des allergies alimentaires en milieu scolaire. L’association travaille actuellement en collaboration avec un comité consultatif formé par la direction régionale de la santé publique de Montréal sur un Guide de bonnes pratiques pour la gestion des allergènes en milieux scolaires. Après avoir complété un projet pilote dans dix écoles, la prochaine étape serait de déployer le guide dans les écoles du Grand Montréal.

En attendant l’uniformisation des mesures de prévention, il est nécessaire de communiquer avec la direction de l’établissement de l’école que fréquentera votre enfant pour connaître les pratiques en vigueur en matière d’allergies.

Mon enfant est asthmatique. Fait-il partie des enfants à risque qui pourraient bénéficier de l’école à distance pendant la pandémie de COVID-19 ?

Pas nécessairement. Le ministre de l’Éducation a effectivement confirmé lors de sa conférence de presse du 10 août 2020 que les élèves présentant une condition de vulnérabilité pourraient bénéficier d’un enseignement à distance (source : Québec.ca). Il faut cependant savoir que l’asthme ne constitue pas un facteur de vulnérabilité pour la COVID-19 lorsqu’il est contrôlé.

Si votre enfant souffre d’asthme et que sa condition n’est pas maîtrisée, discutez-en avec son médecin. Ce dernier sera en mesure d’évaluer le risque et de déterminer si un enseignement à distance s’impose.

À lire aussi : Asthme, allergies et COVID-19 : tout savoir

Comment puis-je me préparer à l’entrée à la maternelle de mon enfant ?

La gestion des allergies alimentaires demande beaucoup de planification, surtout lorsque l’on doit faire face à de nouvelles situations, comme l’entrée à la maternelle de son enfant. Si c’est votre cas, sachez qu’il est possible de s’y préparer de différentes manières. En voici quelques-unes :

  • Faites signer un plan d’urgence individualisé par l’allergologue de votre enfant ;
  • Informez-vous à l’avance des protocoles en place en matière de gestion des allergies alimentaires à l’école que fréquentera votre enfant ;
  • Assurez-vous de fournir suffisamment d’auto-injecteurs d’épinéphrine à l’école ;
  • Discutez avec votre enfant de son entrée à la maternelle et de la manière dont il peut contribuer à une bonne gestion de ses allergies alimentaires, notamment en sachant quoi faire et ne pas faire 
  • Enseignez à votre enfant les signes et symptômes d’une réaction pour qu’il soit en mesure de les reconnaître ;
  • Procurez-vous une pièce d’identité médicale (p. ex., bracelet MédicAlertMD) ;
  • Avant la rentrée, discutez avec le personnel de l’école (enseignant, surveillant, éducatrice, etc.) des allergies alimentaires de votre enfant.

Vous trouverez de plus amples informations et des conseils relatifs à la rentrée scolaire et les allergies alimentaires en lisant nos articles sur le sujet :

Mon enfant pourrait-il être intimidé en raison de ses allergies ?

Bien que l’intimidation ne soit pas tolérée en milieu scolaire, il arrive que des jeunes vivant avec des allergies alimentaires en soient victimes. On distingue trois types d’intimidation : verbale, sociale et émotionnelle, et physique.

Pour en savoir plus sur l’intimidation des jeunes allergiques et pour savoir comment intervenir, consultez nos ressources à cet effet :

Même si l’entrée à la maternelle de son fils en temps de pandémie est une source d’inquiétude pour Caroline Ayotte, la mère de famille est d’avis que la COVID-19 aura eu du bon pour sensibiliser davantage la population à la réalité des personnes allergiques. En effet, le quotidien de la pandémie ressemble à celui des personnes vivant avec des allergies sur plusieurs points.

Bonne rentrée !

À lire aussi :

[1] Perry, T. T. et coll. (2004). Distribution of peanut allergen in the environment. Journal of Allergy and Clinical Immunology, 113(5):973-976. Repéré à https://www.jacionline.org/article/S0091-6749(04)01067-X/fulltext

Je deviens membre de la communauté

Pour connaitre les dernières actualités et bénéficier de services gratuits, abonnez-vous à l’infolettre d’Allergies Québec. Vous devenez ainsi membre de l’association, sans aucuns frais.