Allergies alimentaires et enrobages protecteurs sur les fruits et légumes

Allergies alimentaires et enrobages protecteurs sur les fruits et légumes

Avez-vous déjà remarqué la mince couche blanchâtre et luisante qui se retrouve parfois sur les fruits et légumes ? Savez-vous ce qui rend les agrumes si étincelants sur les étalages des supermarchés ? En fait, il s’agit d’enrobages comestibles, souvent sous forme de cires, qui sont appliqués à la surface des fruits et légumes frais.

Les producteurs fruitiers et maraîchers utilisent les cires entre autres pour prolonger la durée de conservation de leurs produits, pour les protéger contre les meurtrissures et, bien entendu, pour les rendre plus attrayants et appétissants aux yeux des consommateurs.

Des réactions inexpliquées

On rapporte plusieurs fois par année à Allergies Québec des réactions allergiques inexpliquées à des fruits et légumes pour lesquelles les individus n’ont aucune allergie connue. Ces personnes ne comprennent pas toujours pourquoi ils réagissent à la consommation d’un fruit ou d’un légume auxquels ils ne sont pas allergiques.

Sachant que les fruits et légumes frais échappent à l’étiquetage des aliments à moins d’être emballés, se pourrait-il que les enrobages protecteurs soient à l’origine de ces réactions inexpliquées ? Doit-on considérer ces enrobages comme une source potentielle d’allergènes cachés ? C’est ce qu’Allergies Québec a tenté de savoir…

Le contexte légal

D’abord, outre une recommandation de l’ACIA (Agence canadienne d’inspection des aliments) incitant les fabricants des enrobages à éviter l’utilisation des principaux allergènes, il n’existe pas de norme, de loi, ni de processus d’inspection obligatoire et systématique visant à encadrer l’utilisation d’ingrédients allergènes dans les enrobages.

Sur une base volontaire, les fabricants peuvent décider de soumettre la composition et l’utilisation de leurs produits pour approbation à Santé Canada. Dans ce cas, ils reçoivent une autorisation de mise en marché d’additifs alimentaires ayant d’autres utilisations acceptées [1].  

Allergies Québec a questionné Santé Canada sur la présence possible d’allergènes alimentaires dans les produits d’enrobage des fruits et légumes. Voici les réponses que nous avons obtenues :

  • L’utilisation de produits d’enrobage protecteur sur les fruits et légumes est-elle réglementée au Canada ? Si oui, quels sont les ingrédients qui peuvent entrer dans la composition de ces enrobages ?

Il existe trois substances qui peuvent être utilisées comme enrobages de fruits et légumes : l’huile minérale, la cire de paraffine et la vaseline. Celles-ci figurent sur la liste des additifs alimentaires autorisés ayant d’autres utilisations acceptées. Les enrobages peuvent également être formulés avec une variété d’autres substances. Santé Canada contrôle leur utilisation par le biais de l’article 4(1)(a) de la Loi sur les aliments et drogues, qui rend illégale la vente d’un aliment au Canada qui contient une substance toxique ou nocive. Les mêmes exigences s’appliquent aux fruits et légumes cultivés au Canada ou importés.

  • Les enrobages protecteurs des fruits et légumes vendus au Canada peuvent-ils contenir des allergènes alimentaires et, si oui, lesquels ?

Santé Canada n’a pas connaissance de réactions allergiques liées aux enrobages de fruits et légumes. Toutefois, si un allergène prioritaire était présent dans un enrobage utilisé sur un fruit ou un légume préemballé, il devrait être déclaré sur l’étiquette de l’emballage. Les fruits et légumes non emballés qui sont vendus individuellement dans les magasins de détail ne sont pas tenus d’avoir une étiquette comportant les mêmes informations que les aliments préemballés. Pour cette raison, Santé Canada considérerait que les revêtements contenant des allergènes prioritaires sur les fruits et légumes non emballés constituent une violation de l’article 4(1)(a).

Peut-on consommer des fruits et légumes frais en toute sécurité si l’on vit avec des allergies alimentaires ?

Oui. Il faut savoir que, selon l’Association canadienne de la distribution des fruits et légumes, les distributeurs canadiens prennent en considération les allergènes alimentaires dans le choix de l’enrobage pour leurs produits. De plus, la Loi sur les aliments et drogues interdit la vente d’un aliment qui pourrait être nocif pour la population, par exemple la présence d’un allergène alimentaire dans un enrobage.  

Si vous vivez de l’insécurité par rapport à la consommation de fruits et légumes frais, n’hésitez pas à en discuter avec votre allergologue. Entre-temps, voici quelques astuces pour diminuer le risque de réaction allergique tout en continuant de savourer les fruits et les légumes.

  1.  Cultivez vos fruits et légumes en préparant un jardin

Voilà un bon moyen d’avoir des produits dépourvus d’enrobages protecteurs, tout en sachant exactement d’où ils proviennent!

  1. Achetez vos fruits et légumes auprès de producteurs locaux

Il est souvent plus facile de communiquer avec les producteurs locaux afin de savoir s’ils utilisent des enrobages protecteurs sur leurs produits et, si oui, quelle en est la composition. Les paniers de légumes biologiques du programme d’Agriculture soutenue par la communauté, initié et géré par l’organisme Équiterre, ou encore l’approvisionnement dans les marchés publics, en sont de bons exemples.

Notez que la certification biologique autorise les cires non synthétiques à base de cire de carnauba et de résine de bois. Cependant, aucune donnée, à notre connaissance, n’est disponible sur la contamination de ces produits par des allergènes alimentaires.  

  1. Pensez aux fruits et légumes biologiques

Les fruits et légumes biologiques constituent une option intéressante si vous vivez avec des allergies alimentaires. En effet, le gouvernement du Canada a publié une liste des substances permises lors de la production d’aliments biologiques, incluant les fruits et légumes frais. Ce faisant, les seules cires protectrices permises dans l’agriculture biologique incluent les cires biologiques, comme les cires d’abeilles, et la cire de carnauba.

  1. Choisissez des fruits et légumes de saison et locaux

Puisqu’ils n’ont pas eu à parcourir un long chemin avant de se rendre sur les tablettes des épiceries et qu’ils ne sont pas destinés à y rester pendant des mois, ces fruits et légumes ont moins de chances d’être recouverts par des enrobages protecteurs pour en prolonger la durée de vie.

  1. Évitez les fruits et légumes à l’aspect très luisant ou qui ne semblent pas naturels

Attention cependant de rester vigilant, puisqu’il ne s’agit pas d’une garantie!

  1. Nettoyez bien vos fruits et légumes

Même si les enrobages se présentent souvent sous forme de cires non solubles dans l’eau, le fait de nettoyer vos fruits et légumes avec de l’eau et une brosse peut aider à les éliminer, du moins en partie. Un bon nettoyage permet aussi d’enlever les saletés et les micro-organismes.

  1. Retirez ou évitez de consommer la pelure

En cas de doute, et lorsque la pellicule cireuse reste présente malgré un bon nettoyage, il pourrait s’avérer plus sécuritaire de simplement retirer la peau du produit, même si cela réduit la valeur nutritive.

  1. Ayez toujours à portée de la main votre auto-injecteur

Dans ce contexte, voilà une bonne occasion de rappeler, une fois de plus, l’importance de ce geste tout simple.

Sur ce, profitez bien des plaisirs de la saison estivale!

[1] Gouvernement du Canada – Site Web de la législation (Justice). (17 mai 2020). Autorisation de mise en marché d’additifs alimentaires ayant d’autres utilisations acceptées. Repéré à https://laws-lois.justice.gc.ca/fra/reglements/DORS-2012-209/index.html

Par Katia Vermette, rédactrice agréée