Vers un étiquetage des allergènes prioritaires pour les produits de santé naturels

Produits naturels allergenes

Santé Canada a récemment modifié la réglementation sur les produits naturels afin, notamment, de mieux informer les personnes allergiques.

Avez-vous déjà acheté un produit de santé naturel ? Avez-vous trouvé sur l’étiquette l’information recherchée sur les allergènes présents dans le produit ? Probablement pas… Mais rassurez-vous : l’étiquette des produits de santé naturels fera bientôt peau neuve grâce à une refonte du Règlement sur les produits de santé naturels. Selon Santé Canada, les modifications au règlement permettront aux Canadiennes et au Canadiens de prendre des décisions d’achat éclairées et d’utiliser de manière plus sécuritaire les produits de santé naturels, notamment en ce qui concerne l’identification des allergènes. Que dit au juste cette nouvelle réglementation ?

Les allergènes prioritaires, les sulfites et le gluten maintenant identifiés

Les modifications au Règlement sur les produits de santé naturels prévoient que les allergènes prioritaires*, de même que les sulfites et le gluten, devront désormais être déclarés sur l’étiquette s’ils figurent dans la liste des ingrédients médicinaux ou non médicinaux, c’est-à-dire s’ils entrent dans la composition du produit.

Pour les sulfites plus précisément, leur déclaration sera nécessaire seulement lorsque la quantité dans le produit est de 10 p.p.m. (parties par millions) ou plus. Les allergènes prioritaires et le gluten, de leur côté, seront indiqués sur l’étiquette, et ce, peu importe la quantité ajoutée par le fabricant.

L’identification des allergènes se fera en gras, en utilisant leur nom usuel (p. ex., « lait » pour la caséine). Ainsi, sur l’étiquette d’un produit de santé naturel qui contient du blé et du lait, on retrouvera la mention suivante :

Allergènes : gluten (blé), lait

Il est à noter que l’aspartame fait aussi partie des substances devant être identifiées sur l’étiquette d’un produit dans le cadre du nouveau Règlement sur les produits de santé naturels. La mention est de mise quand l’aspartame est inclus à la liste des ingrédients (médicinaux ou non médicinaux). L’aspartame est un édulcorant (agent sucrant faible en calories). On le retrouve dans de nombreux aliments comme les boissons gazeuses diètes ou la gomme à mâcher.

*Les allergènes prioritaires ciblés au règlement incluent les noix (amandes, noix du Brésil, noix de cajou, noisettes, noix de macadamia, pacanes, pignons, pistaches ou noix), les arachides, les graines de sésame, le blé ou triticale, les œufs, le lait, le soya, les crustacés, les mollusques, les poissons et les graines de moutarde.

Aucune mention « Peut contenir » obligatoire

La nouvelle mouture du Règlement sur les produits de santé naturels n’inclut pas, pour le moment du moins, de recommandation quant à l’utilisation de la mention « Peut contenir ». Ainsi, les fabricants ne seront pas tenus d’informer la population des possibles contaminations croisées de leurs produits par un allergène prioritaire, des sulfites ou du gluten.

Mais ils y seront encouragés…

Dans ses lignes directrices sur l’étiquetage des produits naturels, Santé Canada précise que l’étiquetage préventif des allergènes n’est pas requis. Toutefois, l’agence réglementaire invite les fabricants à utiliser la mention « Peut contenir » s’ils s’inquiètent d’une probable contamination croisée par un allergène. Ce pourrait être le cas, par exemple, pour un produit préparé dans une usine où l’on utilise des noix. Dans ce cas, le fabricant pourrait choisir d’apposer la mention « Peut contenir des noix ».

Des étiquettes plus claires et lisibles

Dans son nouveau règlement, Santé Canada propose également de rendre plus lisibles les étiquettes des produits de santé naturels. On prévoit notamment une taille minimale pour l’écriture des caractères et des contrastes de couleurs davantage marqués. Ces améliorations aideront les consommateurs à mieux discerner les renseignements sur les produits. Elles permettront aussi d’identifier les données pertinentes pour les utilisateurs, par exemple la présence d’allergènes prioritaires.  

De plus, tous les produits de santé naturels devront proposer ce que l’on appelle un « tableau d’information sur leur étiquette. Ce tableau aura pour objectif de présenter de manière uniforme les renseignements importants sur les produits de santé naturels (p. ex., la liste des ingrédients médicinaux et non médicinaux, les usages recommandés, les mises en garde, les sources d’allergènes, etc.). En un coup d’œil et en un même endroit, les consommateurs trouveront donc l’ensemble des données essentielles leur permettant de faire des choix d’achat éclairés.

Une transition sur quelques années

Même si les changements au Règlement sur les produits de santé naturels amélioreront sans aucun doute la vie des personnes allergiques, il faudra attendre encore quelques années avant qu’ils n’entrent en vigueur. En effet, les fabricants auront trois ans pour se conformer aux nouvelles exigences en matière d’étiquetage, puisque celles-ci seront effectives officiellement le 21 juin 2025.

D’ici là, restons vigilants !

 

Katia Vermette, réd. a.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email