Nouvelles

Poivron Allergies Québec

La vaccination antigrippale et l’allergie aux œufs : protection ou cocktail explosif?

Publié dans : Categorie

13 novembre 2015

Engagez-vous dans notre communauté et partagez cet article

Recevoir l'infolettre & Devenir membre (gratuit)

En vous inscrivant à notre Infolettre, vous recevrez une publication mensuelle sur le thème des allergies alimentaires. Recettes, témoignages, articles d'actualité, information à jour et beaucoup plus vous seront communiqués douze fois par année. Les adresses courriel ne seront pas partagées et seront utilisées uniquement par notre association.


par Katia Vermette, rédactrice

Avez-vous déjà contracté la grippe? On estime que 5 % à 10 % des adultes et 20 % à 30 % des enfants en souffrent chaque année [1]. Au Canada seulement, la grippe entraîne annuellement entre 4 000 à 8 000 décès [1]. En novembre, on nous rappelle l’importance de se faire vacciner contre la grippe. Il s’agit d’un moyen facile et sécuritaire d’éviter la maladie et ses complications. Mais en est-il de même pour ceux qui sont allergiques aux œufs? Voyons de quoi il en retourne.


1.       La grippe est une infection dangereuse et potentiellement mortelle

On confond souvent le rhume et la grippe. En fait, le rhume est une infection virale bénigne des voies respiratoires qui provoque un écoulement nasal, un mal de gorge et un peu de fatigue. La grippe frappe cependant beaucoup plus fort : elle débute brutalement comme si un camion venait de nous happer et elle s’accompagne d’une forte fièvre, de courbatures et de frissons. Et chez les personnes à risque (ex. : jeunes enfants, femmes enceintes, personnes asthmatiques, personnes âgées), la grippe peut entraîner des complications graves pouvant mener jusqu’à l’hospitalisation ou même la mort. La vaccination constitue donc un excellent moyen de prévenir la grippe et ses complications.


2.       Tous les vaccins antigrippaux commercialisés au Canada contiennent des traces de protéines d’œuf 

Il faut savoir que les vaccins antigrippaux sont fabriqués sur des cultures cellulaires d’œufs. Ainsi, bien qu’on tente d’éliminer dans la mesure du possible les protéines d’œuf ayant un potentiel allergène (ex. : ovalbumine), d’infimes quantités peuvent se retrouver dans le vaccin.


3.       La quantité d’ovalbumine dans une dose de vaccin antigrippal serait insuffisante pour provoquer une réaction chez la personne allergique

En 1998, James et ses collaborateurs ont administré le vaccin antigrippal à 83 sujets présentant une allergie aux œufs et n’ont observé aucune réaction allergique à l’ovalbumine [2]. Après analyse, les chercheurs ont établi à 1,2 µg/mL ou moins la quantité d’ovalbumine ne provoquant aucune réaction chez la personne allergique aux œufs. Ce seuil est maintenant utilisé comme référence par plusieurs chercheurs et associations médicales.

Depuis quelques années, plusieurs fabricants de vaccins antigrippaux rapportent la quantité maximale d’ovalbumine pouvant se retrouver dans leur produit. Ainsi, le Fluviral® et le Flulaval® contiennent 0,3 µg d’ovalbumine ou moins par dose de 0,5 ml (0,6 µg/mL), ce qui est bien en dessous du seuil établi par James et ses collaborateurs [3, 4]. Les autres vaccins antigrippaux commercialisés au Canada rapportent pour leur part des traces résiduelles [5, 6, 7, 8].

Pour vous donner une idée à quoi peut ressembler une quantité résiduelle d’ovalbumine, des chercheurs ont étudié des lots de différents vaccins antigrippaux fabriqués pour la saison 2010-2011 [9]. Les résultats montrent que les quantités résiduelles d’ovalbumine se retrouvent, pour tous les vaccins testés, sous la barre des 0,4 µg/mL, donc bien en dessous du seuil établi par James et ses collaborateurs. Notez que la quantité d’ovalbumine dans un vaccin peut varier selon le lot et l’année de fabrication.


4.       Au Canada, il n’existe plus de contre-indication à l’administration du vaccin antigrippal sous forme injectable chez la personne allergique aux œufs

Depuis quelques années, l’allergie aux œufs n’est plus considérée comme une contre-indication pour l’administration du vaccin antigrippal. En effet, l’Agence de santé publique du Canada (ASPC) et le Protocole d’immunisation du Québec (PIQ) recommandent aux personnes allergiques aux œufs de se faire vacciner contre la grippe avec la forme injectable du vaccin [10, 11]. Il est intéressant de préciser qu’il n’est plus nécessaire de subir un test cutané avant la vaccination, même si la personne a déjà subi une réaction allergique grave aux œufs.


5.       Pour le moment, l’administration du vaccin intranasal n’est pas recommandée chez la personne allergique aux œufs

Au pays, on peut recevoir le vaccin antigrippal par injection ou par voie intranasale. De plus en plus d’études concluent à une plus grande efficacité du vaccin intranasal par rapport à la forme injectable dans la prévention de la grippe et de ses complications. La différence d'efficacité serait particulièrement marquée chez les enfants de 2 à 17 ans ne présentant pas d’allergie aux œufs [12, 13].

Une étude de Turner et ses collaborateurs publiée l’été dernier tend à confirmer l’administration sécuritaire de la forme intranasale du vaccin en cas d’allergie aux œufs, y compris pour les personnes ayant présenté dans le passé une réaction allergique grave [14]. En effet, chez les 282 enfants à qui l’on a administré le vaccin par voie nasale, aucune réaction systémique ou anaphylactique n’a été observée. Malgré ces résultats prometteurs, trop peu de données sont disponibles pour le moment pour conclure à la sécurité des patients allergiques aux œufs si on leur administre le vaccin intranasal. L’ASPC et le PIQ recommandent donc l’utilisation du vaccin antigrippal injectable dans cette population spécifique.

Ainsi, les personnes allergiques aux œufs peuvent donc recevoir le vaccin antigrippal injectable en toute sécurité et sans mesure préalable. Voilà donc une bonne nouvelle pour ceux qui hésitaient à recevoir le vaccin en raison d’une allergie aux œufs.

À titre de complément, prenez connaissance de la position actuelle des allergologues des centres universitaires du Québec, disponible sur le site de l’Association des allergologues et immunologues du Québec.

[1] Réseau canadien d’immunisation contre la grippe dans les soins de santé. Influenza Fact Sheet - True or False Quiz Answer Sheet. www.chiin.can (consulté le 19 novembre 2014).

[2] James J. M. et coll. Safe administration of influenza vaccine to patients with egg allergy. J Pediatr 1998;133:624-8.

[3] GlaxoSmithKline. Monographie de produit - Fluviral® 2015-2016.

[4] GlaxoSmithKline. Monographie de produit - Flulaval® Tetra 2015-2016.

[5] Novartis. Monographie de produit - Agriflu® 2015-2016.

[6] Novartis. Monographie de produit - Fluad® 2015-2016.

[7] Abbott. Monographie de produit - Influvac® 2015-2016.

[8] AstraZeneca. Monographie de produit - Flumist® Quadrivalent 2015-2016.

[9] McKinney K. K. et coll. Ovalbumin content of 2010-2011 influenza vaccines. J Allergy Clin Immunol 2011;127(6):1629-1632.

[10] Agence de santé publique du Canada. Guide canadien d’immunisation (Partie 2 : innocuité des vaccins). http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/cig-gci/index-fra.php (consulté le 5 novembre 2015).

[11] Santé et services sociaux Québec. Protocole d’immunisation du Québec - 6e édition. http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-000105/ (consulté le 5 novembre 2015).

[12] Ambrose C. S. et cool. The efficcacy of intranasal live-attenuated influenza vaccine in children 2 through 17 years of age: a meta-analysis of 8 randomized controlled studies. Vaccine 2012; 30:886-92.

[13] Belshe R. B. et coll. Live attenuated versus inactivated influenza vaccine in infants and young children. N Engl J Med 2007;356:685-96.

[14] Turner P. J. et coll. Safety of live attenuated influenza vaccine in atopic children with egg allergy. J Allergy Clin Immunol, août 2015;136(2):376-81.

Partagez cet article:

© 2014 Allergies Québec. Tous droits réservés.

Site web et stratégie #ByHoffman et Substance Stratégies