Réduire le risque d’allergies aux arachides : de nouvelles données sur la « triple exposition »

perdre ses allergies aux arachides

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’étude de cohorte CHILD a révélé que la consommation d’arachides pendant l’allaitement, combinée à l’introduction d’arachides chez les bébés au cours de leur première année, peut réduire le risque d’allergie aux arachides chez un enfant à l’âge de cinq ans.

L’étude, publiée dans le  Journal of Developmental Origins of Health and Disease, a examiné la relation entre :

  1. la consommation maternelle d’arachide;
  2. l’allaitement maternel;
  3. la consommation d’arachides chez les nourrissons, dans le développement de la sensibilisation aux arachides – un signe précoce de risque d’allergie.

C’est ce que le Dr Meghan Azad, auteure principale de l’étude appelle l’hypothèse de la « triple exposition ».

Réduire le risque d’allergies aux arachides 

L’étude a révélé que :

  • les nourrissons chez qui les arachides ont été introduits avant l’âge d’un an avaient un risque réduit de sensibilisation aux arachides à l’âge de cinq ans (66% de risque réduit); 
  • la différence était plus significative dans le scénario «triple exposition» (88% de risque réduit), où les mères ont introduit l’arachide tôt tout en allaitant et en consommant elles-mêmes l’arachide.

«Nous n’avons pas vu d’association bénéfique directe pour l’allaitement maternel seul en relation avec la sensibilisation aux arachides», explique le Dr Azad. «Cependant, l’effet combiné des trois expositions semblait offrir une protection accrue contre la sensibilisation aux arachides et les futurs risques d’allergie.»

D’autres données tirées de l’étude CHILD

La recherche a utilisé les données de 2 759 mères et nourrissons participant à l’étude CHILD.

«En 2017, des recherches antérieures sur CHILD ont montré que les nourrissons qui évitaient les produits laitiers de vache, les œufs et les arachides au cours de leur première année étaient plus susceptibles d’être sensibilisés à ces aliments à l’âge d’un an», déclare le co-auteur de l’étude, le Dr Malcolm Sears, directeur fondateur de CHILD.

En 2019, les chercheurs de CHILD ont publié des preuves selon lesquelles les nourrissons qui n’ont pas consommé d’arachide au cours de leurs 12 premiers mois étaient plus de quatre fois plus susceptibles d’avoir une allergie clinique aux arachides à l’âge de trois ans.

«Ce nouveau document confirme les avantages de l’introduction précoce de ces aliments potentiellement allergènes», ajoute le Dr Sears, «tout en apportant de nouvelles preuves que la consommation maternelle d’arachides et l’allaitement maternel pourraient encore renforcer cet effet protecteur.»

«Nous espérons que cette recherche pourra éventuellement contribuer au développement de suppléments ou de produits thérapeutiques pour les mères qui ne peuvent pas consommer de cacahuètes en toute sécurité et pour les nourrissons qui ne peuvent pas être allaités», explique le Dr Azad.

Source : Communiqué de presse de Allergen, décembre 2020 (en anglais seulement)

À lire aussi :

Asthme, allergies, obésité : une nouvelle vidéo sur le rôle de l’allaitement

Résultats de l’étude de cohorte CHILD sur le microbiome

Autres découvertes de l’étude de cohorte CHILD