L’intégration de l’enfant allergique en garderie

l'entrée en garderie avec des allergies

L’intégration de l’enfant allergique en garderie est source de stress pour de nombreux parents. Heureusement, des mesures sont généralement en place dans les milieux de garde pour limiter les risques de réactions allergiques. Nous en discutons avec Nancy Dionne, directrice adjointe à la pédagogie au Centre de la petite enfance (CPE) Au cœur enfantin à Québec.

Allergies Québec — Madame Dionne, parlez-nous un peu de votre CPE.

Le CPE Au cœur enfantin est situé à Québec. Nous avons deux installations de 57 et 54 places chacune. Dans ces deux installations, nous avons quelques enfants ayant une ou plusieurs allergies alimentaires.

Allergies Québec — En quoi consiste la gestion des allergies alimentaires dans votre CPE ?

Nancy Dionne – Notre objectif était d’instaurer des mesures qui auraient plusieurs filets de sécurité. On voulait ainsi s’assurer que si une personne oublie de faire une vérification et laisse passer un allergène par erreur, d’autres soient en mesure de l’intercepter avant qu’il n’arrive à l’enfant allergique. En pratique, pour qu’un enfant reçoive un aliment allergène par erreur, trois personnes doivent avoir fait la même erreur. Et pour l’avoir expérimenté, le processus est efficace.

Allergies Québec — Expliquez-nous quelques mesures en place dans vos installations pour limiter le risque de réactions allergiques.

Nancy Dionne – En gros, nous avons une procédure générale pour la gestion des allergies alimentaires. Chaque enfant allergique a une carte plastifiée, identifiée à son nom et arborant sa photo. La cuisinière inscrit sur cette carte les informations à connaître sur le repas ou la collation servi. Ce système de cartes plastifiées implique trois niveaux de vérification.

Pour les allergies uniques et plus communes, comme l’allergie au lait ou aux œufs, la cuisinière prépare le repas de l’enfant allergique avant celui des autres enfants, en prenant soin d’éviter tout contact avec ses allergènes (1re vérification). Ensuite, elle inscrit sur la carte plastifiée les indications que l’éducatrice doit suivre pour assurer la sécurité de l’enfant lors de son repas. Les indications pourraient être par exemple « A son plat à lui » ou « Peut manger la même chose que les autres » ou encore « peut manger le repas, mais pas la sauce » (il aura dans ce cas sa propre sauce exempte de ses allergènes). La carte est ensuite ajoutée dans le bac du groupe de l’enfant allergique.

Par la suite, une éducatrice de soutien vient chercher le bac pour l’apporter au local. Avant de quitter la cuisine, elle prend connaissance de l’indication sur la carte, qu’elle confirme avec la cuisinière (2e vérification).

Une fois dans le local, l’éducatrice vérifiera elle aussi l’indication sur la carte avant d’offrir le repas à l’enfant (3e vérification). Si, une fois dans le local du groupe, l’éducatrice n’a pas de carte dans le bac, elle ne donnera pas le repas à l’enfant allergique, et ce, tant qu’elle ne sera pas assurée que les aliments sont sécuritaires pour lui.

Allergies Québec – Le processus est-il le même pour les enfants polyallergiques ?

Nancy Dionne – Pour les enfants polyallergiques, des mesures de sécurité supplémentaires s’ajoutent, vu la plus grande complexité de gestion pour ces allergies. Dans ce cas, la cuisinière révise les ingrédients qu’elle sélectionne et s’assure qu’ils sont sécuritaires pour ces enfants. Une validation des ingrédients est ensuite effectuée par l’éducatrice de l’enfant. Les repas des enfants allergiques sont aussi préparés à l’avance et emballés sous vide immédiatement. Sur l’emballage, la cuisinière inscrit les ingrédients utilisés dans la recette.

Lorsque vient le temps du repas, l’éducatrice prend l’emballage directement dans le congélateur et l’amène au local de l’enfant allergique. Là, le repas est ouvert, réchauffé et offert à l’enfant. La nourriture n’est donc pas réchauffée dans la cuisine, où elle risque d’entrer en contact avec les repas des autres enfants.

Allergies Québec — Avez-vous instauré d’autres mesures pour assurer la sécurité des enfants allergiques en garderie ?

Nancy Dionne – Nous misons sur une très bonne communication entre les parents de l’enfant allergique et l’éducatrice. Cette dernière a les coordonnées des parents dans son cellulaire et communique avec eux si elle a des questions ou des hésitations. Par exemple, il est déjà arrivé qu’avant d’offrir un yogourt à un enfant allergique, l’éducatrice se rende compte que l’étiquette du produit avait changé. La cuisinière ayant déjà quitté le travail, l’éducatrice a envoyé une photo de l’étiquette aux parents par message texte pour s’assurer que l’aliment était sécuritaire. Ceux-ci ont rapidement confirmé que le yogourt pouvait être donné sans problème à l’enfant. Dès qu’il y a un doute, on valide.

Nous avons d’autres filets de sécurité pour limiter les risques. À la pouponnière, l’enfant polyallergique a toujours la même chaise identifiée à son nom, il a son armoire avec ses aliments à lui et il mange seul avec l’éducatrice. Aussi, les éducatrices sont toutes formées pour reconnaître une réaction allergique et intervenir rapidement en cas de besoin.

Et les enfants, surtout les plus grands, sont conscientisés aux allergies alimentaires et constituent eux aussi un filet de sécurité. Les enfants de nos deux installations mangent dans des assiettes blanches, sauf ceux qui sont allergiques, qui mangent dans des assiettes de couleur. Un jour dans un groupe, une éducatrice remplaçante a donné une assiette blanche à un enfant allergique. Et ce sont les autres enfants du groupe qui ont signalé le problème !

Nos contenus et services gratuits vous tiennent à cœur?  Faites la différence dès maintenant! 

Allergies Québec – Vous est-il déjà arrivé de retirer certains allergènes du menu de votre CPE ?

Nancy Dionne – On essaie de ne pas retirer d’allergènes. Notre menu a été développé en collaboration avec une nutritionniste et on veut qu’il soit le plus équilibré possible. Cependant, il nous est déjà arrivé de retirer un allergène, par exemple l’œuf, dans le groupe d’un enfant allergique. Ce cas de figure survient surtout chez les petits. Chez les plus grands, les enfants sont davantage conscientisés à la réalité des allergies alimentaires, alors on essaie de ne pas retirer d’aliments.

Allergies Québec — Comment se passe l’intégration d’un enfant allergique à votre CPE ?

Nancy Dionne – D’abord, au CPE, on ne fait pas d’intégration de nouveaux aliments. Ces derniers sont intégrés à la maison. Ensuite, on rencontre les parents, on procède à une collecte de données, on prépare un plan d’intervention pour l’enfant et on met en place le système de cartes plastifiées.

Dans le local, on affiche une photo de l’enfant avec des pictogrammes de tous les aliments auxquels il est allergique. Ainsi, autant l’éducatrice régulière que les éducatrices remplaçantes sont informées des allergies alimentaires de l’enfant dès leur entrée dans le local.

Les éducatrices qui gravitent autour de l’enfant sont impliquées tout au long du processus d’intégration de l’enfant allergique en garderie. C’est un travail d’équipe. On veut à tout prix éviter que la responsabilité de la gestion des allergies alimentaires de l’enfant repose entièrement sur les épaules d’une seule personne.

Pour sécuriser le parent, on mise beaucoup sur une communication étroite avec l’éducatrice. Il s’établit alors une relation de confiance qui rassure beaucoup les parents. Ils savent que s’il y a un doute, l’éducatrice les appellera. Que si une réaction survient, qu’elle soit sévère ou non, ils en seront informés rapidement.

Allergies Québec — Auriez-vous des conseils à donner aux parents qui inscriront prochainement leur enfant allergique en garderie ?

Nancy Dionne — Misez sur une bonne communication avec l’éducatrice et l’équipe du CPE. N’hésitez pas non plus à aller discuter avec la cuisinière. Il s’agit d’un pilier dans le processus de gestion des allergies alimentaires. Vous gagnerez à établir une communication fluide avec les intervenants du CPE. Votre collaboration et votre implication sont essentielles !

Allergies Québec remercie chaleureusement  Mme Dionne pour son témoignage.

Lisez nos conseils pour une meilleure intégration de votre enfant en garderie.

Découvrez nos formations en allergies alimentaire destinées aux milieux de garde. Elles s’adressent au personnel dans les cuisines et aux intervenants.

Consultez nos outils visant une meilleure intégration et une sécurité accrue de l’enfant allergique en garderie :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Je deviens membre de la communauté

Pour connaitre les dernières actualités et bénéficier de services gratuits, abonnez-vous à l’infolettre d’Allergies Québec. Vous devenez ainsi membre de l’association, sans aucuns frais.

Je deviens membre de la communauté

Pour connaitre les dernières actualités et bénéficier de services gratuits, abonnez-vous à l’infolettre d’Allergies Québec. Vous devenez ainsi membre de l’association, sans aucuns frais.