Rechercher

À quel âge l’enfant allergique doit-il gérer lui-même ses allergies ?

age autonomie allergie

Le transfert de responsabilité vers l’enfant devrait s’effectuer graduellement, une étape à la fois !

Depuis que votre enfant est tout petit, vous devez composer avec la réalité de ses allergies alimentaires au quotidien : vérification des étiquettes sur les produits alimentaires, prévention de la contamination croisée, reconnaissance des symptômes d’une réaction allergique, auto-injecteur d’épinéphrine à portée de main, administration de la médication d’urgence en cas de réaction… Mais voilà que votre enfant grandit. Le temps est-il venu de lui apprendre à gérer lui-même ses allergies ? Voici ce qu’en dit la recherche.

L’âge de la transition

Au fur et à mesure qu’il grandit, l’enfant allergique acquiert des connaissances sur ses allergies alimentaires et développe des compétences pour bien gérer les risques associés. Mais à quel âge le jeune est-il en mesure de prendre la responsabilité de ses allergies ? Des chercheurs se sont récemment penchés sur la question.

Entre octobre 2020 et avril 2022, 123 parents irlandais d’enfants vivant avec des allergies alimentaires à qui l’on avait prescrit un auto-injecteur d’épinéphrine ont répondu à un questionnaire téléphonique. L’objectif visait à déterminer l’âge le plus propice pour expliquer à l’enfant à reconnaître une anaphylaxie et à employer l’auto-injecteur. Les résultats du sondage ont été publiés en février 2023 dans le Pediatric Allergy and Immunology Journal [1].

On apprend dans l’étude qu’une majorité des parents interrogés (65 %) estiment que l’identification des symptômes d’anaphylaxie devrait être enseignée aux petits avant l’âge de 6 ans. Les parents s’entendent également sur le fait que l’apprentissage de l’utilisation de l’auto-injecteur d’épinéphrine devrait débuter avant que l’enfant atteigne 9 ans. Finalement, entre 9 et 11 ans, les jeunes devraient en tout temps porter leur médication d’urgence et pouvoir se l’administrer eux-mêmes.

Il ressort de l’étude que, de l’avis des parents, le transfert de responsabilité de la gestion des allergies alimentaires vers l’enfant doit s’opérer de manière progressive. Ces résultats concordent avec ceux découlant d’une autre enquête similaire publiée en 2013 [2].

Des facteurs à considérer

Selon les parents irlandais sondés, plusieurs facteurs influencent l’âge de l’enfant au moment du transfert de responsabilité de la gestion de ses allergies alimentaires. Par exemple, les parents avaient davantage tendance à entamer le processus d’apprentissage plus tôt s’ils avaient été témoins d’une réaction anaphylactique sévère ou si le jeune avait déjà vécu une telle réaction.

Il est à noter cependant que parmi les parents ayant reçu une formation sur l’administration d’un auto-injecteur d’épinéphrine, seulement la moitié se sentait à l’aise de l’enseigner à leur tour à leur progéniture.

L’avis des professionnels de la santé

Une étude publiée en 2012 a montré que les professionnels de la santé américains conseillaient de leur côté de commencer l’enseignement entourant la gestion des allergies un peu plus tard, soit entre 12 et 14 ans [3]. Plus précisément, les médecins s’attendaient à ce qu’à cet âge, l’adolescent allergique puisse reconnaître les symptômes d’une anaphylaxie, avoir toujours à portée de main leur auto-injecteur d’épinéphrine et être en mesure de se l’administrer, au besoin.

Malgré les disparités entre l’avis des parents et des professionnels de la santé, l’Académie européenne d’allergie et d’immunologie recommande que l’enseignement aux enfants allergique et le transfert progressif de la responsabilité entourant la gestion des allergies alimentaires débutent entre 9 et 11 ans [4]. La transition devrait notamment se faire avec le soutien de la famille de l’enfant allergique et se concentrer d’abord sur les aspects de la gestion pour lesquels le jeune se sent en confiance.

Bref, acquérir toutes les connaissances et habilités nécessaires à la gestion des allergies constitue une grande étape pour toute la famille. Il s’agit d’une question fondamentale, non seulement pour la sécurité de l’individu allergique, mais également pour le développement de son sentiment de confiance et de son autonomie. L’enseignement devrait cependant être graduel au cours de l’enfance et de l’adolescence, au fur et à mesure que le jeune grandit !

 

[1]    Keohane, H., Cronin, C., O’Rourke, E., O’Kelly, C., Ramesh, Y., Flores, L., Velasco, R. et Trujillo, J. (2023). Teaching children with food allergy to recognize anaphylaxis: The caregivers’ perspectives. Pediatric Allergy and Immunology: Official publication of the European Society of Pediatric Allergy and Immunology, 34(8), e14006. https://doi.org/10.1111/pai.14006

[2]    Simons, E., Sicherer, S. H., Weiss, C. C. et Simons, F. E. (2013). Perspective of parents and caregivers regarding timing the transfert of responsibilities for anaphylaxis recognition and use of an epinephrine auto-injector from adults to children and teenagers. Journal of Allergy and Clinical Immunology, 132(2), AB220. DOI https://doi.org/10.1016/j.jaci.2012.12.1454

[3]    Simons, E., Sicherer, S. H. et Simons, F. E. (2012). Timing the transfer of responsibilities for anaphylaxis recognition and use of an epinephrine auto-injector from adults to children and teenagers: pediatric allergists’ perspective. Annals of Allergy, Asthma & Immunology : official publication of the American College of Allergy, Asthma, & Immunology, 108(5), 321–325. https://doi.org/10.1016/j.anai.2012.03.004