Nouvelles

Poivron Allergies Québec

Quelques questions à se poser avec les fruits et légumes frais Partie I

Publié dans : Categorie

29 juillet 2014

Engagez-vous dans notre communauté et partagez cet article

Inscrivez-vous à l'infolettre

En vous inscrivant à notre Infolettre, vous recevrez une publication mensuelle sur le thème des allergies alimentaires. Recettes, témoignages, articles d'actualité, information à jour et beaucoup plus vous seront communiqués douze fois par année. Les adresses courriel ne seront pas partagées et seront utilisées uniquement par notre association.


En fait, ce sont des enrobages comestibles, souvent sous forme de cires, qui sont appliqués sur la surface des fruits et légumes frais. Les producteurs fruitiers et maraîchers utilisent les cires entre autres pour prolonger la durée de conservation de leurs produits, pour les protéger contre les meurtrissures et bien entendu, pour les rendre attrayants et appétissants. Mais quels ingrédients mystérieux entrent dans la composition de ces enrobages? Sachant que les fruits et légumes frais échappent à l’étiquetage des aliments, leurs enrobages protecteurs présentent-ils un risque pour les personnes ayant des allergies alimentaires?

Des réactions inexpliquées…

            On rapporte plusieurs fois par année à Allergies Québec des réactions aux fruits et légumes (sans présence d’allergie croisée au pollen) sans qu’il soit facile de déterminer un lien phylogénique (famille d’aliments) entre les aliments déclencheurs. Les personnes allergiques ne comprennent pas toujours l’origine des symptômes apparaissant après la consommation de fruits et légumes, étant donné qu’elles ne soupçonnent pas la présence d’allergènes dans de tels produits. Faut-il incriminer les enrobages des fruits et légumes pour ces réactions inexpliquées et ainsi les considérer comme une source potentielle d’allergènes cachés? Selon le contexte actuel de l’industrie alimentaire et des lois en vigueur en matière d’étiquetage, l’hypothèse est plausible et plusieurs autres problèmes se posent lorsque l’on se questionne…

Le contexte légal

            D’abord, outre une recommandation de l’ACIA (Agence canadienne d’inspection des aliments) incitant les fabricants des enrobages à éviter l’utilisation des principaux allergènes, il n’existe pas de norme, de loi, ni de processus d’inspection obligatoire et systématique visant à encadrer l’utilisation d’ingrédients allergènes dans les enrobages. Les fabricants peuvent décider de soumettre la composition et l’utilisation de leurs produits à l’étude par Santé Canada, mais le processus demeure sur une base volontaire (voir l’encadré « Attestation de non-objection »). Ces fabricants sont toutefois tenus par la Loi sur les aliments et les drogues de garantir aux consommateurs des enrobages sans danger pour la santé1.

Attestation de non-objection

Une « attestation de non-objection » est un avis émis par Santé Canada à propos d’un produit d’emballage qui a été jugé acceptable et sécuritaire pour une utilisation précise. En d’autres mots, Santé Canada ne s’objecte pas à l’utilisation de ce produit. Il ne s’agit pas d’une approbation légale et elle est émise seulement lorsque les fabricants et importateurs de cires et d’enrobages manifestent la volonté de faire analyser leur produit.

Ce problème d’enrobage se complexifie d’autant plus que les « recettes d’enrobages » sont multiples et la technologie alimentaire ne cesse de faire des avancées permettant de mettre au point  des enrobages de plus en plus performants. Pour s’assurer que les enrobages soient comestibles, l’industrie utilise plusieurs types d’ingrédients alimentaires, rendant ainsi possible l’introduction d’allergènes. Enfin, dans un article scientifique paru en 2008, des chercheurs espagnols et américains rapportaient que certains allergènes (lait, soya, arachide et blé) pourraient être retrouvés dans ces cires. D’ailleurs, suite aux commentaires reçus lors de la consultation sur le projet de modification réglementaire sur la déclaration des allergènes (proposé en juillet 2008), Santé Canada se penchera sur la question sous peu et réexaminera les observations scientifiques en ce sens.

Que faire?

            Est-il nécessaire pour autant d’éliminer tous les fruits et légumes, se privant ainsi de leurs multiples vertus pour la santé? Pas nécessairement… Pour l’ensemble des raisons énumérées plus haut, il existe un risque potentiel de consommer par inadvertance des traces d’allergènes dans les enrobages des fruits et légumes. Le risque principal réside dans le fait qu’il est impossible d’en vérifier la composition puisque les fruits et légumes ne sont pas accompagnés d’une liste d’ingrédients.

            Vous devez donc évaluer votre tolérance au risque et en discuter avec votre allergologue afin de déterminer votre niveau de risque par rapport à la consommation des enrobages protecteurs pouvant être contaminés par des allergènes.

Enfin, il est important de spécifier que le risque zéro n’existe pas et qu’il s’agit d’un sujet dont on dispose de trop peu d’informations pour établir un véritable consensus. En attendant, Allergies Québec milite pour une meilleure transparence, entre autres en suggérant aux autorités gouvernementales qu’une norme de composition soit établie afin d’interdire l’utilisation d’allergènes dans la fabrication des cires et enrobages recouvrant les fruits et légumes. D’ici là, il est important de rester vigilant, mais de ne pas agir avec emportement en éliminant inutilement de son alimentation tous les fruits et légumes.

Pour la suite, cliquez ici.

Partagez cet article:

© 2014 Allergies Québec. Tous droits réservés.

Site web et stratégie #ByHoffman et Substance Stratégies