Info Allergies > Allergènes et mots clés

Poivron Allergies Québec

Les allergènes

Généralement, on appelle « allergène » l'aliment qui déclenche une réaction allergique chez une personne.

Ce sont en réalité certains constituants des aliments (les protéines) qui sont reconnus par le système immunitaire et provoquent le déclenchement d'une telle réaction. Ces protéines allergènes sont habituellement très stables à la chaleur (il existe des exceptions à déterminer avec l'allergologue).

Cela explique pourquoi un aliment reste la plupart du temps allergène même après sa cuisson.

Santé Canada a recensé 10 allergènes dit prioritaires qui sont responsables de plus de 90 % des réactions allergiques. Ces 10 allergènes sont les arachides, le blé, le lait de vache, la moutarde, les noix, les œufs, le poisson et les crustacés (mollusques), le sésame, le soya et les sulfites (associé à une sensibilité).

Table des matières

  • 10 allergènes prioritaires
    • Guide des synonymes (tableau)

Arachides

Synonymes et produits à base d'arachides

Arachide, arachide-I, arachin, beurre d'arachide, cacahouète, conarachin, farine d'arachide, huile d'arachide, mandelonas, noix artificielles, protéines végétales d'arachides, protéines végétales hydrolysées d'arachides.

Sources très probables d'arachides

Noix mélangées, chicha.

Sources possibles d'arachides

Amandes (mandelonas), assaisonnements, biscuits, chocolat, céréales, chili (plat cuisiné), crème glacée, desserts congelés, dragées, glaçage aux amandes, mets thaïlandais ou asiatiques (rouleaux impériaux ou de printemps, sauce, etc.), noix de Grenoble (arachides désaromatisées, réaromatisées), pâtisseries, pâte d'amande, soupes ou sauces déshydratées en sachets (avec aromatisants à base d'arachides), viennoiseries.

Sources possibles, non alimentaires, d'arachides

Cosmétiques, crèmes, nourriture pour animaux et oiseaux, matériaux d'artisanat, médicaments et suppléments, rembourrage des jouets.
Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement d'arachides mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N. B.

  • On peut être allergique aux arachides sans être allergique aux noix, et vice-versa.
  • Cependant, le risque de contamination entre les noix et les arachides est très important.
  • Soyez à l'affût aussi de la contamination croisée : n'utilisez pas des ustensiles ayant servi à la consommation d'un produit avec des arachides avant de les avoir soigneusement lavés!

Peut-on se débarrasser d'une allergie aux arachides avec le temps ?

Certains enfants vont perdre cette allergie tandis que d'autres vont la garder jusqu'à l'âge adulte.
Habituellement, cette allergie ne disparaît pas facilement avec le temps.1
Seulement 20% des personnes allergiques aux arachides perdront l'allergie durant leur vie.2

1 Gouvernement du Canada. Arachide (pamphlet)
2 Current developments in peanut allergy. Kricia Palmer and Wesley Burks. Curr Opin Allergy Clin Immunol 6: 202-206. 2006.

Blé

Synonymes et produits à base de blé

Amidonnier, atta, blé (mou, entier, durum, dur), bulghur ou boulghour, bretzel, crouton (de pain de blé), couscous, engrain, épeautre (blé farro), extraits solubles de blé grillé, farine (de blé entier, de blé concassé, de blé roux, blanche, enrichie, de gluten, Graham, de froment, à pâtisserie, phosphatée, tout usage, durum et d'épeautre), farina, froment, fécule de blé, germe de blé, gliadine, gluten de blé, gluten, gluténine, herbe (de blé), huile de germe de blé, hostie, kamut, nouilles (de blé), pain (de blé), pâtes alimentaires (de blé), seitan, semoule (de blé tendre), spelt, triticale.

Sources très probables de blé

Aliments enrobés ou panés, ale, bière, biscuits, boissons chaudes aux céréales, bouillons de bœuf ou de poulet, chapelure, concentré de bouillon en cubes, cornet à crème glacée, crêpes, croquettes, croutons, endosperme, extraits de céréales, farine de malt, fécule végétale, fondue parmesan, garniture pour tarte, gâteaux, lait malté ou à base de poudre de chocolat, liqueur de malt, malt, nouilles, pain, pâtes alimentaires, pâtisseries, potages du commerce, porter, pouding, poudre de malt, pâte et garniture de tarte, repas en sauce du commerce, sauces et potages du commerce, semoule, son, stout, surimi (goberge au goût de crabe), vinaigre de malt, etc.

Sources possibles de blé

Agents liants et de remplissage (utilisés dans les préparations de viande, de volaille et de poisson), albumine, amidon, arachides et noix assaisonnées, arôme, assaisonnements, avoine, bonbons, charcuteries, chocolat, crème glacée, falafel, farine de moutarde, fécule de maïs, fines herbes, germe, globuline, gomme végétale, ketchup préparé, levure chimique, mayonnaise, mélange d'épices, moutarde préparée, moutarde moulue, pain de viande et pâté de viande, paprika, poivre de cayenne, poivre noir, poudre à pâte (levure chimique), poudre de chili et de cari, préparation aromatisante naturelle et/ou artificielle, pseudoglobulines, sauces à salade, sauces épaissies, sauce soya, sauce tamari, saucisses, simili-viande, soupes en conserve, sucre à glacer (l'amidon), tartinades au fromage, vermicelle, vinaigrette du commerce, etc.

Sources possibles, non alimentaires, de blé

Aliments pour animaux de compagnie, colle maison, décorations, médicaments et suppléments, pâte à modeler (comme le PLAY-DOH©), produits de beauté, produits de soins capillaires, etc.
Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de protéines du blé, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N. B.

  • La plupart des craquelins, des pains et des pâtes alimentaires sur le marché sont faits à base de blé.
  • Rechercher les produits à base d'autres farines.
  • Si vous souffrez de la maladie cœliaque, vous devriez aussi éviter les sources de seigle, avoine et orge. Pour plus d'informations, consultez le site de la Fondation québécoise de la maladie cœliaque (www.fqmc.org) ou celui de l'Association canadienne de la maladie cœliaque (www.celiac.ca).

Lait de vache

Synonymes et produits à base de lait de vache

Alpha-lactalbumine, arôme de beurre, babeurre, bêta-lactoglobuline, beurre, beurre clarifié, caillé, caséinate de sodium, caséinate de calcium, caséinate, caséine, crème, crème glacée, crème sûre, fromage, ghee, gras de lait, huile de beurre, kéfir, koumis, lactalbumine, lactoferrine, lactoglobuline, lactose, lactosérum, lactulose, lait sans lactose, mélanges pour boissons maltées, petit lait, poudre de lait écrémé, poudre de petit lait, protéines ovo-lactohydrolysées, Simplesse®(succédanés de gras), solides de lait écrémé, solides de lait, substance laitière modifiée, yogourt (de lait).

Sources très probables de lait de vache

Biscuits, café aromatisé, caramel (le bonbon), chocolat, sirop d'érable, charcuterie, colorant à café, desserts (gâteaux, beignes), flan, fromage de soya (avec caséine), glaçage sur des produits de boulangerie, Opta®(succédanés de gras), margarine, nougat, pâtés, pizza, pommes de terre instantanées, en purée ou dauphinoises, pouding, sauces, saucisses, sorbets, soupe-crème, sucettes glacées (« popsicles » de tous types), tartinades, trempettes, vinaigrettes, etc.

Sources possibles de lait de vache

Aliments et repas congelés/déshydratés, arôme, assaisonnements, bouillons concentrés, caramel (le colorant), céréales, croustilles ou frites assaisonnées, craquelins, jus enrichi de calcium, pain, préparation aromatisante naturelle et/ou artificielle, rocou (colorant qui peut parfois contenir du lactose), saveur, saveur de beurre artificielle, tofu.

Sources possibles, non alimentaires, de lait de vache

Aliments pour animaux de compagnie, cosmétiques, médicaments et suppléments, produits de beauté, vaccins, etc.

Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de protéines du lait de vache, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N. B.

  • Les personnes allergiques au lait de vache, le sont habituellement à tous les produits laitiers, de même qu'au lait de chèvre ou de brebis.
  • Les ingrédients suivants ne proviennent pas des produits laitiers et les personnes allergiques au lait de vache peuvent donc les consommer

Stéaroyl-2-lactylate et stéaroyllactyllactate,
Acide lactique,
Lactate,
Beurre de cacao,
Crème de tartre,
Glucono-delta-lactone,
Lactate de calcium,
Oléorésine.

Moutarde

Synonymes ou produits à base de moutarde

Graines de moutarde, huile de moutarde, moutarde en poudre, toutes les moutardes en condiment (moutarde à l'ancienne, de Meaux, Dijon, forte, préparée, etc.), toutes les parties de la plante de moutarde (feuilles, fleurs, pousses de moutarde).

Sources très probables de moutarde

Cari ou curry et autres mets indiens, cornichons et marinades de légumes, fromages fondus (ex : Cheez Whiz, Singles de Kraft), mayonnaise, sauces (ex : au raifort, barbecue, béarnaise, rémoulade), mélange d'épices, pâte à frire et panure des aliments.

Sources possibles de moutarde

Agents émulsifiants et liants, bouillons et soupes, charcuterie, fines herbes séchées, ketchup, plats cuisinés du commerce (ex : quiches et pizza), relish, saveur, saucisses, tous les produits dont la liste des ingrédients contient des épices ou des assaisonnements sans autre précision, trempettes, vinaigrettes et sauces à salade.

N. B.

Il est recommandé aux personnes allergiques à la moutarde d'éviter les herbes et épices sèches commerciales et tout produit indiquant sur l'étiquette les mots : épices (ou nom de l'épice), assaisonnement, mélange d'épices, herbes (ou nom commun des herbes aromatiques), persil, poivre, poudre d'ail, poudre d'oignon, sel de céleri, etc. qui sont des sources possibles de moutarde par contamination croisée. Autant que possible, remplacez les herbes et épices sèches commerciales par des ingrédients simples et frais tels que des herbes fraîches, des légumes frais, de l'ail et des oignons frais. Pour une liste exhaustive des mots-clés pour la moutarde, surveillez la mise à jour sur le site Internet de l'Agence canadienne d'inspection des aliments, à l'adresse suivante : http://www.inspection.gc.ca/francais/fssa/labeti/allerg/allergf.shtml

Noix

Synonymes et produits à base de noix

Amandes, anacardes, beurre de noix, châtaignes, faines, fruit à coque, gianduja, huile d'amande douce, huile de noix , kajo, marrons, marzipan (pâte d'amandes), massepain, noisettes (avelines), noix, noix artificielles, noix blanches d'Amérique, noix d'anacarde, noix d'Angleterre, noix d'hickory, noix du Brésil, noix de cajou (cachou), noix de Grenoble, noix de macadamia, noix de noyer cendré, noix mélangées, noix noires, noix piquées, nougat, pacanes, pécans, pignons (noix de pin), pistaches, pralines.

Sources très probables de noix

Cafés provenant de moulins à café utilisés pour broyer les cafés aromatisés aux noix, noisettes ou amandes, muesli, pâte halva, sauce au pesto (pignons, noix de Grenoble), dragées, saveur Amaretto.

Sources possibles de noix

Assaisonnements, biscuits, cafés spécialisés, charcuteries (pistaches), croûtes à tarte, chocolat, crème glacée, fromage à tartiner, gâteaux, mets végétariens, pains, sauces et mets asiatiques.

Sources possibles, non alimentaires, de noix

Huile de bain, shampoing, crème solaire et autres cosmétiques. Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de noix mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N. B.

  • On peut être allergique aux noix sans être allergique aux arachides, et vice-versa.
  • On peut aussi être allergique à un seul type de noix.
  • Cependant, le risque de contamination entre les différentes noix, ainsi qu'entre les noix et les arachides est très important.
  • La noix de coco et la noix de muscade ne sont pas des noix, donc non allergènes pour les individus allergiques aux noix.
  • Par ailleurs, la noix de karité est considérée comme une noix même si elle est moins allergène que les autres types de noix. C'est pourquoi il est tout de même conseillé de faire preuve de prudence avec le karité pour les personnes allergiques aux noix.

Oeufs

Synonymes ou produits à base d'œufs

Albumen, albumine (d'œuf), blanc d'œuf, conalbumine, globuline, jaune d'œuf, lait de poule, lécithine (d'œuf), lécithine animale, livétine, lysozyme, mayonnaise, meringue, œuf, œufs liquides, mots commençant par ovo, ovalbumine, ovoglobuline, ovomacroglobuline, ovomucine, ovomucoïde, ovotransferrine, ovovitelline, poudre d'albumine, poudre de blanc d'œuf, poudre de jaune d'œuf, poudre d'œuf, protéines ovo-lactohydrolysées, quiches, SimplessMD , succédané d'œufs, p. ex. Egg BeatersMD, vitelline, etc.

Sources très probables d'œufs

Albumine, costarde, crème anglaise, pâtes alimentaires fraîches, Orange JulepMD, Ovaltine®, sauces, sauce à salade, silico-albuminate.

Sources possibles d'œufs

Agents liants et de remplissage (utilisés dans les préparations de viande, de volaille et de poisson), aliments pour bébé, bière d'épinette artisanale, boissons alcoolisées, biscuits, bonbons durs, bouillons et vins clarifiés avec des blancs d'œuf (collage), bretzels (pretzels), charcuteries, cocktails, confiseries, crèmes glacées, fromage (avec lysozyme), glaçage, lécithine, mélanges pour boissons maltées, mousse/garniture fouettée pour le café, panure, pâtes alimentaires, pâtisseries, produits de boulangerie, produits imitant les fruits de la mer (ex. : goberge à saveur de crabe), muffins, saveur, saucisses, sirop d’érable, sorbets, soupes, viennoiseries, vinaigrettes, etc.

Sources possibles, non alimentairess d'œufs

Anesthésiques (Ex. Diprivan/Propofol), matériaux d'artisanat, médicaments, produits de soins capillaires, vaccins (Ex. grippe), etc. Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement d'œuf, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N. B.

On utilise les œufs de plusieurs façons en cuisine et dans l'industrie, il faut donc scruter les étiquettes et poser des questions au restaurant. Voici quelques exemple d'utilisation :


  • Pour épaissir, rendre les préparations plus onctueuses ou lier les aliments : sauces, soupes, farces, flans, crèmes pâtissière et anglaise, poudings, croquettes, pâtes alimentaires, pains de viande, boulettes de viande, etc.
  • Pour dorer : pains de viande, pains, chapelure, brioches et tartes.
  • En émulsion : mayonnaises, vinaigrettes, sauces.

en neige : mousses, meringues, soufflés.

Poissons, Crustacés et Mollusques

Poissons

Synonymes ou produits à base de poisson

Les différentes espèces de poisson (aiglefin, achigan, albacore, alose, anchois, anguille, bar, barbue de rivière, baudroie, bonite, brème, brochet, capelan, carpe, chevaine, cisco, congre, crapaud de mer, dorade, doré, éperlan, espadon, esturgeon, flétan, goberge, grondin, hareng, hoplostète orange, lamproie, limande à queue jaune, lotte, mahi-mahi, makaire, maquereau, merlan, merluche, mérou, morue, mulet, ombre, perchaude, perche, plie, poisson-chat, pompano, raie, requin, rouget-barbet, saint-pierre, sardine, saumon, sébaste, sparidé, sole, tassergal, tilapia, thon, truite, turbot, vivaneau), bouillon de poisson, caviar, kamaboko, Nuoc Mam, pâte d'anchois, rogue, sauce de poisson, sushis, surimi, tarama (recette à base de mulet).

Sources très probables de poisson

Assiette du pêcheur, bouillabaisse, court-bouillon.

Sources possibles de poisson

Chaudrée, jus avec oméga-3, paella, pot au feu, sauce worcestershire, soupes, vin, yogourt avec oméga-3, etc.

Sources possibles, non alimentaires, de poisson

Supplément d'oméga-3
Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de poisson, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N. B.

On peut être allergique à une seule ou plusieurs espèces de poissons. Le risque de contamination entre les différents poissons peut être très important. Les préparations à base de poisson(s) sont aussi à surveiller :

  • À base de hareng : buckling, craquelot, kipper, harengs fumé et saur
  • À base de pâte de poissons divers : surimi
  • Parfois à base de pâte d'anchois : sauce Worcestershire
  • … et évidemment le caviar, c'est-à-dire les œufs de différentes espèces de poissons!

Crustacés

Synonymes ou produit à base de crustacés

Crabe, crevette (camaron, gambas), écrevisse, homard (corail, tomalli), krill, langouste, langoustine (scampis).

Sources très probables de crustacés

Assiette du pêcheur, bouillabaisse, chitosane.

Sources possibles de crustacés:

Chaudrée, entrée et hors-d'œuvre, kamaboko, paella, pot au feu, soupes, etc.
Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de crustacé, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N.B.

  • L'allergie aux mollusques et/ou aux crustacés n'est pas une allergie à l'iode mais bien à une protéine contenue dans ces aliments.
  • On peut être allergique seulement aux mollusques, seulement aux crustacés ou seulement au poisson.
  • La chance de réactions croisées entre différents crustacés est très élevée.
  • Le risque de contamination croisée entre crustacés, mollusques et poissons est très important. Il est préférable d'acheter les aliments dans des emballages hermétiques et empaquetés par la compagnie.

Mollusques

Synonymes et produits à base de mollusques

Bigorneau, buccin, calmar, coque, coquille Saint-Jacques, couteaux, escargot, huître, moule, mulettes, ormeau, oursin, palourde, pétoncle, pieuvre, poulpe, sauce aux huîtres, seiche.

Sources très probables de mollusque

Assiette du pêcheur, bouillabaisse, cocktail à base de tomate de type Clamato (palourde), etc.

Sources possible de mollusque

Chaudrée, cocktail à base de tomate épicée, entrée et hors-d'œuvre, paella, pot au feu, soupes, etc.

Sources possible de mollusque, non alimentaires

Supplément de calcium, …

N. B.

  • On peut être allergique à certaines espèces de ces catégories seulement, par exemple seulement aux pétoncles, seulement aux moules, etc.
  • On peut être allergique seulement aux mollusques ou seulement aux crustacés ou seulement au poisson. Cependant, le risque de contamination entre ces produits est très important.
  • L'allergie aux mollusques et/ou aux crustacés n'est pas une allergie à l'iode mais bien à une protéine contenue dans ces aliments.
  • Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de mollusques mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer.
  • Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

Sésame

Synonymes et produits à base de sésame

Barres au sésame, beurre de sésame (tahini), graines de bene/beni, graines de sésame, huile de beni/gercelin/gingelly/jinjli/sésame, pâte de sésame, sel de sésame (gomasio), sésamole/sésamoline, Sesamum indicum, sim sim, tahini (beurre de sésame), tahina, til/teel.

Sources très probables de sésame

Graine, hummous, burgers végétariens, marinades.

Sources possibles de sésame

Agents aromatisants, aliments ethniques (ex. riz aromatisé, nouilles, brochettes chiches-kebabs, plats sautés), Aqua LibraMD (boisson à base de plantes médicinales), assaisonnements, barres granolas, biscottes Melba, bretzels, céréales, chapelure, chutneys, craquelins, épices, fines herbes, galettes de riz, grignotines, halva, huile végétale, margarine, mélange d'épices, pâtés, produits de boulangerie (ex. : pains, biscuits, gâteaux, gressins, bagels, …), risotto, salades, sauces, saucisses, soupes, tartinades, tempeh, trempettes, viandes transformées, vinaigrettes, etc.

Sources possibles, non alimentaires, de sésame

Cosmétiques, fongicides, huiles topiques (pour la peau), insecticides, lubrifiants, médicaments, nourriture pour animaux, onguents, pansements adhésifs.
Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de sésame, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N. B.

  • Bien vérifier les étiquettes de marinades pour viandes et de certains pains (bagels, hamburgers, hot dogs, pains multigrains, pains keiser).
  • Attention à la contamination croisée (ex: grille du barbecue, contenants, ustensiles, graines de carvi/pavot)

Soya

Synonymes et produit à base de soya

Albumine de soya, edamame, farine de soya, fève de soya, fève germée, germe de soya, glucine max, huile de soya, isolat de protéine de soya, kinako, kouridofu, lait ou boisson de soya, lécithine de soya, lécithine végétale, miso, mono-diglycéride, natto, nimame, okara, protéines de soya, protéines végétales de soya, protéines végétales hydrolysées de soya, protéines végétales texturées (PVT), sauce soya, shoyu, sobee, soya, soya hispida tamari, tempeh, tofu, yuba.

Sources très probables de soya

Allongeur de viande, bases de sauces commerciales, chocolat, lécithine, plats végétariens, margarine, sauces (hoisin, teriyaki).

Sources possibles de soya

Agent épaississant, assaisonnements, biscuits, bouillons de légumes du commerce, céréales à déjeuner et pour bébé, colorant (peut contenir de la lécithine de soya), consommé, craquelins, crème glacée, croustilles, émulsifiant (non précisé), fécule végétale, glutamate monosodique, gomme à mâcher, grignotines, huile végétale (non précisée), maïs moulu, mélanges à pâtisserie, mélanges d'assaisonnements ou de fines herbes, mélanges pour boissons (ex. chocolat chaud, limonade), pain, pâté aux légumes, poisson en conserve (dans un bouillon), produits de boulangerie, sauces et soupes, saveur, seitan, shortening d'huile végétale, simili bacon, stabilisant (non précisé), tartinades, trempettes, viandes transformées et préparées, etc.

Sources possibles non alimentaires de soya

Aliments pour animaux de compagnie, glycérine, lait de remplacement pour jeunes animaux, produits d'artisanat, produits de beauté, savons, vitamines.
Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de soya, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

Sulfites

Qu'est-ce que la sensibilité aux sulfites ?

Les sulfites sont des sels inorganiques fréquemment utilisés comme agent de conservation dans les aliments, entre autres pour maintenir leur couleur, mais aussi pour allonger leur durée de conservation. Bien qu'ils s'avèrent inoffensifs pour la majorité des gens, ils sont parfois à l'origine de symptômes rappelant l'allergie dans une certaine proportion de la population. On parle de symptômes comme l'urticaire, la toux, les étourdissements, les troubles gastro-intestinaux et les problèmes respiratoires.

Les scientifiques parlent plutôt d'une sensibilité aux sulfites et non d'une allergie. De plus, la très grande majorité des cas sont observés chez des adultes asthmatiques, particulièrement des femmes et des patients qui utilisent des pompes de corticostéroïdes. Dans cette population sensible, les sulfites représenteraient un facteur déclencheur ou aggravant de l'asthme et non un allergène.

Synonymes de sulfites

Acide sulfureux, anhydride sulfureux, agents de sulfitage, bisulfite/dithionite/métabisulfite/sulfite de sodium, bisulfite/métabisulfite de potassium, dioxyde de soufre, dithionite de sodium, E220, E221, E222, E223, E224, E225, E226, E227, E228 (noms européens)

Sources très probables de sulfites

Ale, bière, boissons gazeuses, cidre, condiments (choucroute, cornichons, ketchup, moutarde, relish, raifort, oignons marinés …), confiture, fruits confits/cristallisés (ex. : pommes, raisins, cerises au marasquin), fruits/légumes en conserve ou congelés (ex. champignons, olives, petits pois, poivrons, tomates), fruits/légumes séchés (ex. pommes, abricots, noix de coco, tomates, papayes, pêches, poires, ananas, raisins), garnitures aux fruits, gélatine, gelées, guacamole commerciale, grignotines (ex. barres aux fruits, bonbons, croustilles de maïs, mélanges montagnards, tablettes de chocolat,…), jus/concentré de citron et de lime, jus de fruits/légumes (ex. : raisin, raisin blanc), jus de noix de coco, marmelade, mélasse, mélanges de féculents frits/congelées/déshydratées/en purée/pelées/pré-coupées (ex. : maïs, pommes de terre, betteraves à sucre, nouilles, riz), mincemeats, müesli, pâte/pulpe/purée de tomates, pectine, raisins frais, sauces, salade de chou, salade de fruits commerciale, sir ops aux fruits, sirops de sucre (ex. : sirops de glucose, matières sèches de glucose, sirops de dextrose), soupes/mélanges à soupe, thé, vins (alcoolisé/non-alcoolisé), vinaigre, vinaigre de vin, vinaigrettes.

Source possible de sulfites

aliments transformés, assaisonnements, céréales, charcuteries, craquelins, crustacés et mollusques (ex. : crevettes), épices (ex. : cari), fécule ou semoule de maïs, fines herbes séchées, glucose, hot dogs, laitue, mollusques, poissons, produits à base de soja, produits de boulangerie (ex. : pains, biscuits, gâteaux, gaufres), saucisses, etc.

Sources possibles, non alimentaires, de sulfites

Épinéphrine, solution de désinfection de bouteilles pour la fabrication de bière maison.
Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de sulfites, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

Autres Allergènes

Latex

Qu'est-ce que l'allergie au latex ?

Le latex d'origine naturelle est tiré de l' « arbre à caoutchouc », dont la sève contient des protéines. Certains individus sont allergiques à ces protéines retrouvées dans le latex naturel.

Où retrouve-t-on le latex ?

Le latex est utilisé dans la fabrication de condoms, de gants de caoutchouc, de ballons gonflables (« ballounes »), de matériel médical, de gants chirurgicaux, de tétines pour biberons, de jouets, de pneus, de bandes élastiques, etc..

Y-a-t-il des réactions allergiques croisées associées au latex ?

Les personnes allergiques aux protéines du latex naturel pourraient aussi être allergiques à des aliments dont les protéines ressemblent à celles de la sève de l' « arbre à caoutchouc ». La banane, l'avocat, le kiwi, l'abricot, la châtaigne, le raisin, les fruits de la passion, l'ananas sont par exemple des aliments qui contiennent des protéines semblables à celles du latex, et qui pourraient donc, dans 35 % des cas, causer des réactions allergiques chez les personnes allergiques au latex.

Peut-on utiliser des gants de latex en restauration ?

L'Allergies Québec propose d'éviter l'utilisation de matériel constitué de latex naturel, tels les gants de latex, lors de la manipulation des aliments en service de restauration. Il a été observé que ces matériaux peuvent laisser des protéines allergènes de latex dans les aliments préparés et provoquer des réactions allergiques chez les personnes qui y sont sensibles. Ces symptômes peuvent varier d'intensité, allant de légers à sévères pour une personne qui consommerait un aliment contaminé par une protéine de latex. L'utilisation de gants de latex par les employés peut aussi augmenter l'incidence de sensibilisation au latex chez ces derniers. L'Allergies Québec propose donc de favoriser l'utilisation de gants sans latex, si l'utilisation de gants est nécessaire pour la préparation des aliments. L''utilisation de gants fait de matériel synthétique comme le vinyle, le nitrile, ou le néoprène comme substitut aux gants de latex doit être favorisé.

Maïs

Synonymes ou produits à base de maïs

Amidon (de maïs), blé d'Espagne, blé d'Inde, blé de Turquie, dextrimaltoses, dextrines, dextrose, farine de maïs, farine masa harina, fécule de maïs, flocons de maïs, fructose commercial, germe de maïs, glucose commercial, gruau de maïs, hominy (gruau de maïs), huile de maïs, huile de germe de maïs, maïs soufflé, maïs concassé, maïzena, maltodextrines, polenta, semoule de maïs, sirop de maïs (la mention " sucre ajouté" désigne souvent du sirop de maïs), son de maïs, sorbitol, sucre de maïs.

Sources très probables de maïs

Acide lactique commercial, agent liant, amidon, amidon modifié, bière, bourbon, chicha, épaississant, gin, huile végétale, levures chimiques, liqueurs alcooliques, nachos, sauces, tacos, tamale, tortilla, vodka, whisky.

Sources possibles de maïs

Acide citrique, bacon, boissons gazeuses, céréales à déjeuner, café instantané, crèmes glacées, croustilles, fruits en conserve, gomme à mâcher, jambon cuit, margarines, pains, préparations lactées pour nourrissons, vinaigrettes commerciales, etc.
Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de maïs, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N. B.

Le maïs et ses dérivés sont souvent utilisés comme agents liants, épaississants, adhésifs ou gélifiants.

Protéine bovine

Si vous êtes allergique à toute protéine bovine, incluant le lait, n'oubliez pas de consulter la liste de mots-clés pour le lait. Ces termes s'ajouteront à la liste suivante.

Synonymes et produits contenant des protéines bovines

Albumine bovine, bison, bœuf, globuline bovine, gras de bœuf (suif), veau.

Sources très probables de protéines bovines

Gélatine pure et gélatine commerciale aromatisée (ex. : Jell-O ®), gras animal, présure, yogourt.

Sources possibles de protéines bovines

Arôme, guimauve, préparation aromatisante naturelle et/ou artificielle, saveur.
Ces aliments ou ingrédients ne contiennent pas nécessairement de protéines bovines, mais il est souhaitable de le vérifier en lisant bien l'étiquette ou en contactant le manufacturier ou le cuisinier afin de s'en assurer. Ces sources possibles sont données pour vous aider à repérer les allergènes mais ne constituent pas une liste exhaustive. Il est important de bien lire les étiquettes et de s'informer pour chaque aliment consommé.

N. B.

Attention à la contamination croisée à l'épicerie!
Au moment d'acheter votre viande froide préférée ou votre viande hachée, informez-vous si le tranchoir ou le hachoir peuvent être contaminés par des protéines bovines. A-t-on tranché de la viande contenant du bœuf ou du veau avec? Le mieux est d'informer le boucher pour qu'il prépare votre viande en début de journée quand les appareils sont propres.

Exercice physique et autres déclencheurs

Exercice physique

Qu'est-ce que l'anaphylaxie induite par l'exercice ?

Lors d'un effort physique, ce type de réaction se caractérise par une sensation de chaleur et de démangeaison, par des rougeurs, de l'urticaire généralisée (plaques rouges et blanches enflées) avec picotement, puis d'autres manifestations plus graves si l'exercice n'est pas cessée (blocage des voies respiratoires, défaillance cardio- vasculaire,…). Ce type d'anaphylaxie est toujours lié à l'exercice, mais des facteurs environnementaux peuvent contribuer à son déclenchement. Souvent, la réaction se produira durant un exercice pratiqué dans les minutes ou les premières heures suivant l'ingestion d'aliments qui sont normalement inoffensifs. Elle peut être associée à un aliment spécifique ou non. Même une personne qui ne manifeste pas d'allergie alimentaire peut avoir ce type de réaction.

Quels sont les aliments coupables ?

Les aliments les plus souvent associés à l'anaphylaxie induite par l'exercice sont le céleri, le blé, les fruits de mer et les noisettes. Souvent, la consommation des aliments spécifiques en cause qui n'est pas suivie de la pratique d'exercice ne provoque aucune réaction.

Quels peuvent être les autres facteurs déclencheurs ?

Des facteurs environnementaux peuvent favoriser le déclenchement de la réaction tels que des conditions chaudes, l'exposition à des pollens et la prise de médicaments comme par exemple l'aspirine et les anti-inflammatoires. Quant aux activités physiques, ce sont les activités d'aérobie exigeant un effort cardio-vasculaire qui sont plus susceptibles de déclencher une réaction allergique (ex. : jogging, tennis, hockey, racketball, danse, etc.).

Autres déclencheurs

Pollen, poussière, moisissures et animaux

Les réactions allergiques aux pollens et autres aéro-allergènes sont fréquentes. Pour plus de détails médicaux et de conseils pratiques concernant ces allergies, vous pouvez prendre contact avec l'Association d'Information sur les Allergies et l'Asthme (http://www.aaia.ca/fr/index.htm) ou avec l'Association Pulmonaire du Québec (http://www.pq.poumon.ca/home-accueil.php). Pour des informations concernant le syndrome pollen-aliment (anciennement appelé syndrome d'allergie orale), voir la section qui suit.

Syndrome Pollen-Aliment

Le fait d'avoir des allergies saisonnières (comme par exemple au pollen de bouleau), n'engendre pas nécessairement des allergies alimentaires. Toutefois, cela en augmente le risque. En effet, le syndrome pollen-aliment qu'on appelait aussi syndrome d'allergie orale, incommode plusieurs personnes qui ont une allergie au pollen (surtout au bouleau mais aussi à l'herbe à poux, au gazon et à l'ambroisie). La réaction survient immédiatement après avoir mangé des fruits frais ou légumes crus et parfois même s'ils sont cuits (surtout pour les noix). Cette réaction est due au fait que certaines protéines que l'on retrouve dans les fruits ou légumes sont similaires à celle du pollen auquel la personne est allergique (le système immunitaire les confond). On parle alors d'une réaction croisée pollen-aliment qui entraîne ainsi la personne à réagir autant au pollen qu'à l'aliment contenant des protéines similaires. Il arrive que pendant la période de pollinisation, la personne allergique soit plus hyperse nsible.

Aliments associés à l'allergie au pollen de bouleau

Habituellement, les personnes allergiques au pollen de bouleau peuvent réagir à certains fruits, légumes et noix. Souvent, les fruits qui causent un problème sont les kiwis, les pommes, les poires ainsi que les fruits à noyau tel que les abricots, les cerises, la pêche, les nectarines, les prunes. Parmi les légumes, la famille de la pomme de terre (poivron, tomate, etc. ) et la famille du persils (carotte, céleri, fenouil, panais, aneth, etc.) sont plus susceptibles de provoquer une réaction allergique orale chez ces personnes. Finalement, les avelines, les noisettes et les noix de Grenoble sont aussi des aliments responsables du syndrome pollen-aliment. Pour plus de détails, voir « Votre carnet d'information sur les allergies alimentaires » du Ministère de l'agriculture, des pêcheries et de l'alimentation du Québec (http://www.mapaq.gouv.qc.ca).

Symptômes du syndrome pollen-aliment

Les principaux symptômes sont les démangeaisons et les brûlures au niveau des lèvres, de la bouche et de la gorge et parfois même des inconforts gastro-intestinaux. Bien que les réactions graves sont rares, il vaut mieux tout de même éviter les aliments frais qui causent des réactions allergiques.

Une saine alimentation est-elle possible avec le syndrome pollen-aliment

Certaines personnes avec le syndrome pollen-aliment sont beaucoup restreintes dans leur alimentation. Il est important de continuer à manger équilibré et de varier ses menus. S'il est difficile pour vous d'ajuster votre alimentation à cette nouvelle diète, le bulletin « Les Mets Sage » de l'Allergies Québec, été 2007, Vol. 17 (2) fait le tour de la question. Vous pouvez aussi en discuter avec une diététiste membre de l'ordre professionnel des diététistes du Québec.

Fiches allergènes

Guide des allergènes et mots clés

Exercice physique

Qu'est-ce que l'anaphylaxie induite par l'exercice ?

Lors d'un effort physique, ce type de réaction se caractérise par une sensation de chaleur et de démangeaison, par des rougeurs, de l'urticaire généralisée (plaques rouges et blanches enflées) avec picotement, puis d'autres manifestations plus graves si l'exercice n'est pas cessée (blocage des voies respiratoires, défaillance cardio- vasculaire,…). Ce type d'anaphylaxie est toujours lié à l'exercice, mais des facteurs environnementaux peuvent contribuer à son déclenchement. Souvent, la réaction se produira durant un exercice pratiqué dans les minutes ou les premières heures suivant l'ingestion d'aliments qui sont normalement inoffensifs. Elle peut être associée à un aliment spécifique ou non. Même une personne qui ne manifeste pas d'allergie alimentaire peut avoir ce type de réaction.

Quels sont les aliments coupables ?

Les aliments les plus souvent associés à l'anaphylaxie induite par l'exercice sont le céleri, le blé, les fruits de mer et les noisettes. Souvent, la consommation des aliments spécifiques en cause qui n'est pas suivie de la pratique d'exercice ne provoque aucune réaction.

Quels peuvent être les autres facteurs déclencheurs ?

Des facteurs environnementaux peuvent favoriser le déclenchement de la réaction tels que des conditions chaudes, l'exposition à des pollens et la prise de médicaments comme par exemple l'aspirine et les anti-inflammatoires. Quant aux activités physiques, ce sont les activités d'aérobie exigeant un effort cardio-vasculaire qui sont plus susceptibles de déclencher une réaction allergique (ex. : jogging, tennis, hockey, racketball, danse, etc.).

Autres déclencheurs

Pollen, poussière, moisissures et animaux

Les réactions allergiques aux pollens et autres aéro-allergènes sont fréquentes. Pour plus de détails médicaux et de conseils pratiques concernant ces allergies, vous pouvez prendre contact avec l'Association d'Information sur les Allergies et l'Asthme (http://www.aaia.ca/fr/index.htm) ou avec l'Association Pulmonaire du Québec (http://www.pq.poumon.ca/home-accueil.php). Pour des informations concernant le syndrome pollen-aliment (anciennement appelé syndrome d'allergie orale), voir la section qui suit.

Syndrome Pollen-Aliment

Le fait d'avoir des allergies saisonnières (comme par exemple au pollen de bouleau), n'engendre pas nécessairement des allergies alimentaires. Toutefois, cela en augmente le risque. En effet, le syndrome pollen-aliment qu'on appelait aussi syndrome d'allergie orale, incommode plusieurs personnes qui ont une allergie au pollen (surtout au bouleau mais aussi à l'herbe à poux, au gazon et à l'ambroisie). La réaction survient immédiatement après avoir mangé des fruits frais ou légumes crus et parfois même s'ils sont cuits (surtout pour les noix). Cette réaction est due au fait que certaines protéines que l'on retrouve dans les fruits ou légumes sont similaires à celle du pollen auquel la personne est allergique (le système immunitaire les confond). On parle alors d'une réaction croisée pollen-aliment qui entraîne ainsi la personne à réagir autant au pollen qu'à l'aliment contenant des protéines similaires. Il arrive que pendant la période de pollinisation, la personne allergique soit plus hyperse nsible.

Aliments associés à l'allergie au pollen de bouleau

Habituellement, les personnes allergiques au pollen de bouleau peuvent réagir à certains fruits, légumes et noix. Souvent, les fruits qui causent un problème sont les kiwis, les pommes, les poires ainsi que les fruits à noyau tel que les abricots, les cerises, la pêche, les nectarines, les prunes. Parmi les légumes, la famille de la pomme de terre (poivron, tomate, etc. ) et la famille du persils (carotte, céleri, fenouil, panais, aneth, etc.) sont plus susceptibles de provoquer une réaction allergique orale chez ces personnes. Finalement, les avelines, les noisettes et les noix de Grenoble sont aussi des aliments responsables du syndrome pollen-aliment. Pour plus de détails, voir « Votre carnet d'information sur les allergies alimentaires » du Ministère de l'agriculture, des pêcheries et de l'alimentation du Québec (mapaq.gouv.qc.ca).

Symptômes du syndrome pollen-aliment

Les principaux symptômes sont les démangeaisons et les brûlures au niveau des lèvres, de la bouche et de la gorge et parfois même des inconforts gastro-intestinaux. Bien que les réactions graves sont rares, il vaut mieux tout de même éviter les aliments frais qui causent des réactions allergiques.

Une saine alimentation est-elle possible avec le syndrome pollen-aliment

Certaines personnes avec le syndrome pollen-aliment sont beaucoup restreintes dans leur alimentation. Il est important de continuer à manger équilibré et de varier ses menus. S'il est difficile pour vous d'ajuster votre alimentation à cette nouvelle diète, le bulletin « Les Mets Sage » de l'Allergies Québec, été 2007, Vol. 17 (2) fait le tour de la question. Vous pouvez aussi en discuter avec une diététiste membre de l'ordre professionnel des diététistes du Québec.

© 2014 Allergies Québec. Tous droits réservés.

Site web et stratégie #ByHoffman et Substance Stratégies