Moutarde

La moutarde est listée parmi les allergènes prioritaires au Canada. Ce portrait de l’allergie à la moutarde rassemble ses particularités, des ressources ainsi que des facteurs auxquels il faut être attentif lorsqu’on est allergique à cette graine. Il est notamment question de possibles allergies croisées et de sources de contamination potentielles.

Dans cette page:Quelques statistiques et faits intéressants sur l’allergie à la moutarde >
Aide-mémoire moutarde >
    Termes pouvant indiquer la présence de moutarde
    Aliments constituant des sources probables et possibles de moutarde
    Sources possibles de moutarde dans les produits d’usage courant
Helpful resources >

Quelques statistiques et faits intéressants sur l’allergie à la moutarde

  • En raison du nombre restreint d’études portant sur l’allergie à la moutarde, il est difficile d’établir sa prévalence et son évolution dans le temps. On croit cependant qu’elle se manifesterait le plus souvent avant l’âge de trois ans[1].
  • La graine de moutarde provient d’une plante de la famille des Brassicaceae. D’autres végétaux tels que le brocoli, le chou-fleur, le chou et le chou de Bruxelles sont également inclus dans cette famille.
  • En cuisine et dans la fabrication des aliments transformés, on utilise deux variétés principales de graines de moutarde, soit les graines blanches (moutarde jaune) et les graines joncées (moutarde d’Inde). On retrouve aussi sur le marché les graines noires (moutarde noire)[2].
  • Les principaux allergènes de la moutarde sont le Sin a 1 (moutarde jaune) et le Bra j 1 (moutarde d’Inde). Les deux protéines montrent une structure similaire[3]. On sait également que l’allergène Sin a 1 est résistant à la chaleur et à la dégradation enzymatique.
  • Une étude parue en 2005 a décrit une association positive entre l’allergie à la moutarde et une sensibilisation au pollen d’armoise (89 %) et aux acariens (68,4 %)[4]. En outre, les chercheurs ont mis en évidence une sensibilisation aux autres plantes de la famille des Brassicaceae chez tous les participants allergiques à la moutarde. Notez que les participants sensibilisés ne présentaient pas tous des symptômes de réaction allergique au contact des allergènes de ces plantes. D’autres études sont nécessaires pour conclure à une possible allergie croisée entre la moutarde et ces plantes.
  • La moutarde contient des molécules irritantes (isothiocyanates et capsaïcine) qui rendent complexe le diagnostic d’allergie. En effet, ces particules provoqueraient chez certains individus des réactions non immunes s’apparentant à une allergie IgE médiée. Ces réactions seraient responsables de certains résultats faussement positifs obtenus lors de tests de provocation cutanée à la moutarde[5].
  • En raison d’un risque élevé de contamination croisée, les personnes allergiques à la moutarde devraient éviter de consommer des herbes et des épices sèches commerciales. Il est préférable d’opter pour des herbes, des légumes, de l’ail et des oignons frais pour assaisonner ses plats.
  • Certaines huiles de canola peuvent être fabriquées à partir de graines de canola et de graines de moutarde dites de qualité canola. Lorsqu’elles sont très raffinées, ces huiles contiennent des quantités négligeables de protéines de moutarde et ne présentent généralement pas de risque pour la personne allergique. Il faut cependant savoir que les huiles de canola pressées à froid, qui sont moins raffinées, peuvent contenir des quantités résiduelles de protéines de moutarde. Santé Canada recommande donc aux personnes allergiques d’éviter de consommer ces huiles pressées à froid[6]. Dans tous les cas, si vous êtes allergique à la moutarde, consultez votre allergologue avant de consommer des huiles de canola.

Aide-mémoire moutarde

AIDE-MÉMOIRE Moutarde, en format PDF (0,5 Mo)

Termes pouvant indiquer la présence de moutarde (liste non exhaustive)
Graines de moutardeHuile de moutardeMoutarde en poudre
Toutes les moutardes en condiment (moutarde à l’ancienne, de Meaux, Dijon, forte, préparée, etc.)Toutes les parties de la plante de moutarde (feuilles, fleurs, pousses de moutarde, etc.) 
Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation sur l’étiquetage des allergènes alimentaires de Santé Canada en 2012, il est interdit d’avoir recours à ces termes. Les fabricants doivent déclarer la présence de moutarde dans la liste d’ingrédients, soit sur l’étiquette de leur produit, soit dans la mention « Contient ». Par contre, il est important de les avoir à l’esprit lorsqu’on voyage, car la réglementation varie d’un pays à l’autre. Dans certains cas, il peut aussi être utile de les connaître lorsqu’on nous offre des produits artisanaux ou faits maison.
Aliments constituant des sources probables de moutarde (liste non exhaustive)
Fromages fondus (ex. : Cheez Whiz, Singles de Kraft)Sauces (ex. : au raifort, barbecue, béarnaise, rémoulade)Cornichons et marinades de légumes
Cari ou curry et autres mets indiensMélange d’épicesPanure des aliments
Pâte à frireMayonnaise 
Aliments constituant des sources possibles de moutarde (liste non exhaustive)
Agents émulsifiants et liantsRelishBouillons et soupes
SaucissesCharcuteriesSaveur
Fines herbes séchéesKetchupTrempettes
Tous les produits dont la liste des ingrédients contient des épices ou des assaisonnements sans autre précisionPlats cuisinés du commerce (ex. : quiches et pizza)Vinaigrettes et sauces à salade
Sources possibles de moutarde dans les produits d’usage courant (liste non exhaustive)
Aliments pour animaux de compagnieProduits de beautéGlycérine
SavonsLait de remplacement pour jeunes animauxVitamines
Produits d’artisanat  
Note: pour savoir si les produits d’usage courant contiennent de la moutarde, il est important de bien lire les étiquettes et de contacter le fabricant. En effet, la réglementation sur l’étiquetage des allergènes alimentaires vise seulement les aliments préemballés et non les produits non alimentaires.

Des ressources pour les personnes allergiques à la moutarde

[1] Rancé, F., Dutau, G. et Abbal, M. (2000). Mustard allergy in children. Allergy, 55:496-500. DOI : 10.1034/j.1398-9995.2000.00383.x

[2] Santé Canada. (2009). Moutarde : un allergène prioritaire au Canada — un examen systématique. [PDF] Repéré à https://www.canada.ca/content/dam/hc-sc/migration/hc-sc/fn-an/alt_formats/pdf/pubs/label-etiquet/mustard-moutarde/index-fra.pdf

[3] Rancé, F., Dutau, G. et Abbal, M. (2000). Mustard allergy in children. Allergy, 55:496-500. DOI : 10.1034/j.1398-9995.2000.00383.x

[4] Figueroa, J. et coll. (2005). Mustard allergy confirmed by double-blind placebo-controlled food challenges: clinical features and cross-reactivity with mugwort pollen and plant-derived foods. Allergy, 60:48-55. DOI 10.1111/j.1398-9995.2005.00644.x

[5] Rancé, F. (2003). Mustard allergy as a new food allergy. Allergy, 58:287-288. DOI 10.1034/j.1398-9995.2003.00109.x

[6] Santé Canada. (2016). Moutarde — Allergène alimentaire prioritaire. [PDF] Repéré à
https://www.canada.ca/content/dam/hc-sc/migration/hc-sc/fn-an/alt_formats/pdf/pubs/securit/2016-mustard-moutarde/mustard-moutarde-fra.pdf