Nouvelles

Poivron Allergies Québec

Les probiotiques à la rescousse des personnes allergiques?

Publié dans : Categorie

1 septembre 2019

Engagez-vous dans notre communauté et partagez cet article

Recevoir l'infolettre & Devenir membre (gratuit)

En vous inscrivant à notre Infolettre, vous recevrez une publication mensuelle sur le thème des allergies alimentaires. Recettes, témoignages, articles d'actualité, information à jour et beaucoup plus vous seront communiqués douze fois par année. Les adresses courriel ne seront pas partagées et seront utilisées uniquement par notre association.


Par Katia Vermette

Que l'on parle de kombucha, kimchi, kefir ou autres, les aliments contenant des probiotiques ont la cote de nos jours. Ces micro-organismes vivants ont prouvé depuis longtemps leur utilité dans l’organisme. Entre la réduction des symptômes d’une intolérance au lactose et la prévention de la diarrhée associée à la prise d’antibiotiques, la liste des bienfaits des probiotiques ne cesse de s’allonger. Et bientôt, la prévention et le traitement des allergies alimentaires pourraient bien s’ajouter au palmarès.

Une flore intestinale moins diversifiée

L’hypothèse hygiénique suppose que l’exposition à une variété de micro-organismes pendant l’enfance permet à notre système immunitaire de se développer adéquatement en favorisant, entre autres, la diversification de notre flore intestinale [1]. Or, le 20e siècle a été marqué par l’hygiène sous toutes ses formes : décontamination de l’eau, pasteurisation du lait, hausse marquée de l’utilisation des antibiotiques (particulièrement chez les enfants), vaccination, élimination des germes dans notre environnement [2].

En d’autres mots, notre monde est plus aseptisé que jamais, ce qui a un impact sur la diversité microbienne de nos intestins et, par conséquent, sur la santé. Au cours des dernières années, des études ont par exemple montré que la composition de la flore intestinale des personnes allergiques présentait des particularités, ce qui laisse croire que les bactéries de notre système digestif joueraient un rôle dans le développement des allergies alimentaires [3].

Des probiotiques pour prévenir le développement des allergies

À ce jour, rien ne prouve qu’il soit possible de prévenir l’apparition des allergies alimentaires. Mais l’espoir est permis. En 2014, une équipe de chercheurs de l’Université de Chicago dirigée par Cathryn Nagler a montré que l’administration de probiotiques du genre Clostridium chez la souris pouvait bloquer le processus de sensibilisation à l’arachide [4].

Mais les bactéries Clostridium sont dangereuses, direz-vous ? Eh bien, vous avez raison… en partie ! Ces micro-organismes sont effectivement à l’origine de maladies potentiellement mortelles comme le botulisme, le tétanos et le C. difficile. Il faut cependant savoir qu’il existe près de 200 espèces de Clostridium, dont plusieurs se retrouvent dans la flore intestinale normale de l’homme et s’avèrent bénéfiques pour l’organisme [5].

Mais quel est le lien avec les allergies alimentaires ?

Lors de leurs travaux, Cathryn Nagler et son équipe ont observé que, chez la souris, les bactéries Clostridium induisaient dans l’intestin la production d’interleukine 22 (IL-22), une protéine qui a pour rôle de transmettre des messages entre les cellules du système immunitaire. Concrètement, l’IL-22 agit en réduisant la perméabilité de la paroi intestinale, ce qui a pour effet de limiter la quantité d’allergènes (ici l’arachide) atteignant le sang. Tout compte fait, la sensibilisation à l’arachide était évitée grâce à la présence des Clostridium. Depuis la publication de cette étude, de nombreuses données ont permis de préciser l’impact d’une flore intestinale diversifiée sur le développement des allergies alimentaires.

L’utilisation des probiotiques est-elle recommandée pour prévenir les allergies ?

En 2015, le World Allergy Organization (WAO) publiait une série de recommandations concernant l’utilisation des probiotiques en lien avec la prévention des maladies allergiques [6].

D’entrée de jeu, le WAO reconnaît que les données actuelles ne permettent pas de recommander l’utilisation des probiotiques afin de prévenir le développement des maladies allergiques dans la population générale. Cependant, la prise de probiotiques par la mère pendant la grossesse et l’allaitement pourraient vraisemblablement prévenir l’apparition d’eczéma chez le nouveau-né, lorsque ce dernier présente un risque élevé de développer une maladie allergique. Rappelons que l’eczéma constitue l’une des manifestations de la marche atopique, cette cascade d’événements pouvant mener à l’apparition d’allergies alimentaires.

Note : Les recommandations du WAO reposent sur évidences de faible qualité. Des études plus poussées et à plus grande échelle seront nécessaires pour valider ces recommandations. Si vous êtes enceinte ou si vous allaitez, il est conseillé de consulter votre médecin avant de débuter prise d’un probiotique.

À quand un traitement des allergies aux probiotiques ?

En 2017, des chercheurs ont évalué l’efficacité d’une immunothérapie orale combinée à la prise d’un probiotique composé de Lactobacillus rhamnosus chez 62 enfants allergiques aux arachides [7]. Au terme de l’étude, 82 % des participants ayant complété l’immunothérapie orale avec le probiotique avaient atteint une tolérance aux arachides, comparativement à 3,6 % pour ceux n’ayant reçu aucun traitement.

Évidemment, la recherche sur les probiotiques et la flore intestinale n’en est qu’à ses débuts. La mise au point d’une pilule de probiotiques pouvant prévenir, voire traiter les allergies alimentaires, n’est pas pour demain… mais peut-être la verrons-nous apparaître dans un avenir rapproché !

Pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet et se pencher sur les données scientifiques publiées à ce jour, consultez l'article de juin 2019, paru dans la revue Nature Medicine, Microbiota therapy acts via a regulatory T cell MyD88/RORγt pathway to suppress food allergy

Références

[1] Mayo Clinic. Does childhood exposure to germs help prevent asthma? https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/childhood-asthma/expert-answers/hygiene-hypothesis/faq-20058102  (consulté le 5 juin 2019).

[2] Okada H. et coll. (2010). The "hygiene hypothesis" for autoimmune and allergic diseases: an update. Clinical & Experimental Immunology, 160:1-9.

[3] Aitoro, R. et coll. (2017). Gut microbiota as a target for preventive and therapeutic intervention against food allergy. Nutrients, 9:672.

[4] Stefka A.T. et coll. (2014). Commensal bacteria protect against food allergen sensitization. PNAS, 11(36):13145-13450.

[5] Agence de la santé publique du Canada. Clostridium spp. - Fiche technique santé et sécurité : agents pathogènes. http://www.phac-aspc.gc.ca/lab-bio/res/psds-ftss/clostridium-spp-fra.php (consulté le 5 juin 2019).

[6] Fiocchi, A. et coll. (2015). World Allergy Organization-McMaster University for allergic disease prevention (GLAD-P) : Probiotics. World Allergy Organization Journal, 8:4

[7] Chen, M. et Land, M. (2017). The current state of food allergy therapeutics. Human Vaccines & Immunotherapeutics, 13(10):2434-2442.


Partagez cet article:

© 2014 Allergies Québec. Tous droits réservés.

Site web et stratégie #ByHoffman et Substance Stratégies