Nouvelles

Poivron Allergies Québec

Nouveau témoignage : Développer une allergie alimentaire à l’âge adulte

Publié dans : Categorie

10 septembre 2019

Engagez-vous dans notre communauté et partagez cet article

Recevoir l'infolettre & Devenir membre (gratuit)

En vous inscrivant à notre Infolettre, vous recevrez une publication mensuelle sur le thème des allergies alimentaires. Recettes, témoignages, articles d'actualité, information à jour et beaucoup plus vous seront communiqués douze fois par année. Les adresses courriel ne seront pas partagées et seront utilisées uniquement par notre association.


Eliane Chaput a développé une allergie alimentaire à la mangue à l’âge de 21 ans. Vous voulez connaître son histoire ? C’est ici…

Allergies Québec — Comment vos allergies alimentaires se sont-elles déclarées ?

Éliane Chaput – Je revenais de l’Équateur au début des années 2000. J’avais passé quatre mois là-bas et j’avais mangé des mangues tous les jours. Deux ou trois mois après mon retour à Montréal, je suis allée à une soirée sushi chez ma sœur. Il y avait des mangues dans les sushis. J’en ai mangé.

Dans la nuit, je me suis réveillée avec une sévère crise d’urticaire. J’avais de la difficulté à respirer. Je me suis rendue à l’hôpital, où j’ai été traitée pour un choc anaphylactique. Ne sachant pas trop à quoi j’étais allergique, on m’a retourné chez moi avec une prescription d’Epipen® en me demandant de revenir un mois plus tard pour des tests d’allergies.

Dans la semaine qui a suivi cette réaction allergique, je suis retournée à deux reprises à l’hôpital pour des réactions allergiques. Puis, j’ai passé des tests d’allergies. L’allergologue a testé tous les aliments pouvant potentiellement se retrouver dans les sushis : poisson, fruits de mer, algues… Mais je n’étais allergique à rien, c’était décourageant.

Je devais retourner à l’hôpital quelques jours plus tard pour un test de provocation aux aliments que j’avais mangés lors de la soirée sushis, dont la mangue. Mais juste avant le test, j’ai échappé du jus de mangue sur ma main et elle a tellement enflé que je n’étais plus capable de la fermer. J’ai alors compris que c’était à la mangue que j’étais allergique !

Allergies Québec — Comment avez-vous réagi au diagnostic d’allergie alimentaire ?

Eliane Chaput – J’étais vraiment surprise ! Je ne savais pas qu’on pouvait devenir allergique lorsqu’on était adulte, surtout à un aliment qu’on avait mangé très souvent. Il y a aussi eu un deuil à faire, parce que j’aimais vraiment les mangues.

Au début, j’avais peur que les réactions allergiques se reproduisent. Ça s’est amélioré une fois que j’ai su à quoi j’étais allergique, parce que la mangue est un aliment relativement facile à éviter. Mais le stress est toujours là, surtout lorsque je me retrouve dans des endroits publics.

L’allergie à la mangue n’est pas commune, alors les gens ne la prennent pas tous au sérieux. Ils ne comprennent pas toujours à quel point ils doivent faire attention. Ça m’est déjà arrivé, dans un restaurant, d’informer le serveur que j’étais allergique à la mangue. Après m’avoir assuré qu’il n’y avait pas de mangue servie dans les plats du restaurant, il m’a amené une assiette avec… de la mangue !

Allergies Québec – Vos proches sont-ils sensibilisés à la réalité des allergies alimentaires ?

Eliane Chaput — Ma mère a été celle qui m’a amenée à l’hôpital. Elle a vraiment eu peur. Alors après le diagnostic, il n’y a plus jamais eu de mangue chez mes parents. Mes amis proches sont aussi très sensibilisés. Ils font attention.

Allergies Québec — Qu’est-ce que les allergies alimentaires ont changé dans votre vie ?

Eliane Chaput – D’abord, je suis beaucoup plus sensible aux allergies alimentaires des autres. Je suis aussi devenue très alerte face à la lecture des ingrédients sur les emballages. Et lorsque je suis invitée à un potluck, j’amène mon repas, parce que je veux être certaine qu’il n’y ait pas de mangue dans ce que je vais manger. D’un autre côté, je ne suis jamais retournée en Amérique latine. J’ai encore peur d’y remettre les pieds, parce qu’il y a des mangues partout là-bas.

Allergies Québec — Qu’est-ce qui vous a le plus surpris dans le fait de vivre avec des allergies alimentaires ?

Eliane Chaput – Je dirais le fait de me sentir si vulnérable. Tu sais que tu peux te faire renverser par une voiture en traversant la rue, mais que tu peux mourir en mangeant… Il y a là une certaine vulnérabilité que je ne soupçonnais pas.

Allergie Québec – Que trouvez-vous le plus difficile du fait de vivre avec des allergies alimentaires ?

Eliane Chaput — Parfois, j’ai l’impression de limiter les autres à cause de mes allergies. Je suis allée à une soirée sushi dernièrement et il n’y avait de mangue pour personne. Parfois, je me sens mal d’imposer ma situation aux autres. Il y a aussi le fait que mes enfants ont rarement mangé des mangues, parce que je ne peux pas leur en donner.

Allergies Québec — Auriez-vous des conseils à donner aux adultes qui viennent de recevoir un diagnostic d’allergie alimentaire ?

Eliane Chaput — Miser sur l’éducation. De soi, mais aussi des autres. Il ne faut pas avoir peut de s’informer et d’informer les gens autour de soi pour les conscientiser à la réalité des allergies alimentaires. Le monde ne sera jamais aseptisé des aliments auxquels vous êtes allergiques, alors le mieux reste encore d’être alerte, de se conscientiser et de conscientiser les autres.


Partagez cet article:

© 2014 Allergies Québec. Tous droits réservés.

Site web et stratégie #ByHoffman et Substance Stratégies