Nouvelles

Poivron Allergies Québec

L’œsophagite à éosinophiles

Publié dans : Categorie

10 septembre 2019

Engagez-vous dans notre communauté et partagez cet article

Recevoir l'infolettre & Devenir membre (gratuit)

En vous inscrivant à notre Infolettre, vous recevrez une publication mensuelle sur le thème des allergies alimentaires. Recettes, témoignages, articles d'actualité, information à jour et beaucoup plus vous seront communiqués douze fois par année. Les adresses courriel ne seront pas partagées et seront utilisées uniquement par notre association.


L’œsophagite à éosinophiles, vous connaissez ? Découvrez ce type d’allergie alimentaire qui touche de plus en plus d’enfants et d’adultes au pays. Longtemps confondue avec le reflux gastro-œsophagien (RGO), l’œsophagite à éosinophiles est aujourd’hui reconnue comme une pathologie allergique à part entière En effet, même si elle affecte uniquement l’œsophage, elle est le fruit d’une réaction immunitaire provoquée par des allergènes alimentaires.  

La maladie

L’œsophagite à éosinophiles est une maladie inflammatoire de l’œsophage. Chez la personne affectée, la consommation de certains aliments provoque une réaction allergique dans l’œsophage. S’ensuit une inflammation locale provoquée par la présence d’un grand nombre d’éosinophiles, un type de globules blancs.

Saviez-vous que…

On appelle aussi l’œsophagite à éosinophiles « l’asthme de l’œsophage ». En effet, les éosinophiles à l’origine de la maladie sont les mêmes que ceux observés typiquement dans les poumons des asthmatiques.

Le lait, le blé, les œufs, le soya, les arachides, les noix, les poissons et les crustacés sont les aliments les plus fréquemment associés au déclenchement des symptômes de l’œsophagite à éosinophiles. Certains allergènes environnementaux comme le pollen pourraient aussi être en cause.

Les symptômes caractéristiques

Les symptômes de l’œsophagite à éosinophiles seront différents selon que la personne affectée soit un enfant ou un adulte.

L’enfant refusera parfois de manger. On observera également des vomissements ou une douleur thoracique, parfois les deux.

L’adulte, quant à lui, aura dans la plupart des cas la sensation que les aliments restent coincés dans son œsophage (dysphagie). D’ailleurs, le blocage mécanique des aliments dans l’œsophage est souvent la première manifestation de la maladie. On observe aussi souvent des symptômes similaires à ceux du RGO chez une partie des patients, ce qui rend difficile le diagnostic.

Souvent, les personnes qui souffrent d’œsophagite à éosinophiles présentent aussi une atopie, par exemple un asthme, de l’eczéma ou une rhinite allergique.

Le diagnostic

Il repose évidemment sur les symptômes caractéristiques de l’œsophagite à éosinophiles, mais aussi sur des examens plus poussés. Parmi ces examens, l’endoscopie, soit l’examen de l’œsophage à l’aide d’une sonde, de même que la biopsie des tissus enflammés de l’œsophage, aideront à mettre en évidence l’infiltration de globules blancs chez la personne atteinte.

Des tests d’allergies pourraient également être demandés afin de cibler les aliments déclencheurs des symptômes.

Le traitement

Différentes options peuvent être offertes à ceux et à celles qui présentent une œsophagite à éosinophiles :

  • Les inhibiteurs de pompes à protons (IPP). Chez les patients qui présentent des symptômes de RGO, la prise d’un médicament qui diminue l’acidité dans l’estomac, par exemple les IPP, pourra apporter un certain soulagement. Toutefois, les IPP ne sont pas toujours efficaces. 
  • Modifications au régime alimentaire. En éliminant les aliments à l’origine de l’apparition des symptômes, il est possible d’améliorer grandement la qualité de vie des personnes atteintes. Chez l’enfant nourri au biberon, le recours à une formule liquide composée d’acides aminés, de glucides, de lipides et de minéraux est associé à une amélioration significative des symptômes.
  • Corticostéroïdes topiques. La prise d’inhalateurs de corticostéroïdes généralement prescrits pour contrôler l’asthme permet de réduire l’inflammation présente dans l’œsophage. Cependant, au lieu d’inhaler la poudre comme le ferait un asthmatique, la personne avale le médicament, ce qui permet une action localisée sur les parois de l’œsophage.
  • Dilatation de l’œsophage. Cette approche, utilisée dans les cas avancés et chroniques d’œsophagite à éosinophiles, vise à augmenter mécaniquement le diamètre de l’œsophage afin de soulager rapidement les symptômes.

Il est à noter que les traitements présentés ici ne sont pas curatifs. En effet, l’œsophagite à éosinophiles est une pathologie chronique dont la prise en charge à long terme est souvent nécessaire.

Si vous croyez présenter des symptômes d’œsophagite à éosinophiles, la meilleure option reste d’en discuter avec votre médecin ou votre allergologue. Eux seuls seront en mesure de poser un diagnostic et de vous proposer les solutions appropriées pour soulager vos symptômes. Pensez-y !

 

Quelques faits intéressants sur l’œsophagite à éosinophiles

  • L’œsophagite à éosinophiles peut se développer à n’importe quel âge, soit pendant l’enfance ou une fois adulte.
  • La maladie toucherait 0,4 % de la population dans les pays occidentaux, enfants et adultes confondus [1]. Elle toucherait également un nombre grandissant de gens depuis quelques années.
  • On dénombre plus de cas d’œsophagite à éosinophiles chez les adultes que chez les enfants ; les cas seraient également plus nombreux en Amérique qu’en Europe [2].
  • Les hommes sont deux à trois fois plus touchés que les femmes [1, 2].
  • Des antécédents familiaux sont souvent présents [3]. D’ailleurs, une prédisposition génétique pourrait être associée au développement de la maladie [1].

 

Par Katia Vermette, rédactrice agréée

 

Références

[1] Furuta, G. T. et Katzka, D. A. (2015). Eosinophilic Esophagitis. The New England Journal of Medicine, 373 (17):1640-8. DOI 10.1056/NEJMra1502863

[2] Arias, A. et coll. (2016). Systematic review with meta-analysis: the incidence and prevalence of eosinophilic oesophagitis in children and adults in population-based studies. Alimentary Pharmacology and Therapeutics, 43:3-15. DOI 10.2222/apt.13441

[3] Yaxley, J. P. et Chakravarty, B. (2015).  Eosinophilic oesophagitis – A guide for primary care. The Royal Australian College of General Practitionners, 44(10):723-727.

 

Partagez cet article:

© 2014 Allergies Québec. Tous droits réservés.

Site web et stratégie #ByHoffman et Substance Stratégies