Nouvelles

Poivron Allergies Québec

L’intimidation et les allergies alimentaires

Publié dans : Categorie

21 mai 2014

Engagez-vous dans notre communauté et partagez cet article

Recevoir l'infolettre & Devenir membre (gratuit)

En vous inscrivant à notre Infolettre, vous recevrez une publication mensuelle sur le thème des allergies alimentaires. Recettes, témoignages, articles d'actualité, information à jour et beaucoup plus vous seront communiqués douze fois par année. Les adresses courriel ne seront pas partagées et seront utilisées uniquement par notre association.


De plus en plus de jeunes rapportent vivre du harcèlement à cause de leurs allergies alimentaires. L’intimidation et le harcèlement peuvent entraîner des répercussions physiques et psychologiques importantes pour ces jeunes et leurs familles. Une étude s’est intéressée à évaluer l’étendue de l’intimidation en regard des allergies alimentaires. Plus précisément, l’étude visait à déterminer la présence et les caractéristiques de l’intimidation, du harcèlement et des taquineries auprès de patients allergiques aux aliments. Cette recherche, publiée en octobre 2010 dans la revue scientifique Annals of Allergy, Asthma & Immunology, a été conduite par Lieberman et ses collègues. Selon ces auteurs, l’intimidation réfère à une forme spécifique d’agression destinée à causer du tort qui apparaît de manière répétitive et prend place dans une situation où il y a un déséquilibre de pouvoir, tandis que les termes taquineries et harcèlement signifient agacer ou se moquer.

C’est à partir d’un questionnaire distribué en 2009 à tous les participants de la conférence régionale du Food Allergy & Anaphylaxis Network à Tarrytown, New York, Rosemont, Illinois et Baltimore que les résultats ont été obtenus. En tout, 353 questionnaires ont été complétés par des adultes et des adolescents allergiques aux aliments et par des parents d’enfants ayant des allergies alimentaires. Parce que la plupart des personnes allergiques aux aliments étaient des enfants (25,9% de moins de 4 ans et 55% de 4 à 11 ans), la majorité des questionnaires ont été complétés par des parents. Pour ce qui est des autres groupes d’âge, 12,5% étaient âgés de 12 à 18 ans, 2,6% de 19 à 15 ans et 4% de plus de 25 ans. L’allergie la plus commune était celle aux arachides et la plupart des personnes allergiques vivaient avec de multiples allergies alimentaires.

En incluant tous les groupes d’âge, les résultats de l’étude nous apprennent que 24% des participants rapportent que la personne allergique aux aliments avait subi de l’intimidation, du harcèlement ou des taquineries reliés aux allergies alimentaires, et ce, à répétition. La plupart des épisodes se sont produits en milieu scolaire et ont été principalement commis par des élèves de la classe (80%) et même par des enseignants et du personnel scolaire (21%). La grande majorité des participants attribuaient ces actes aux allergies alimentaires seulement. Les autres percevaient que le transport de l’auto-injecteur d’adrénaline, l’isolement dans des groupes sociaux (être assis à une table spéciale pendant les repas) et l’obtention de traitements particuliers constituaient les principales raisons. Dans l’ensemble, les actes non physiques étaient plus fréquents que les actes physiques. Les moqueries et les remarques sarcastiques représentaient les actes non physiques les plus communs. Les actes physiques les plus fréquents référaient à être touché par un allergène, à se faire jeter un allergène sur soi et à la contamination intentionnelle des aliments par l’allergène. Bien qu’aucun cas de réactions allergiques reliées aux actes posés n’ait été rapporté, la plupart des personnes ont indiqué avoir expérimenté de multiples symptômes émotionnels, les plus fréquents étant la tristesse, la dépression, l’embarras, l’humiliation et l’anxiété.

Les auteurs concluent en précisant que cette étude figure parmi les premières à caractériser l’intimidation, le harcèlement et les taquineries auprès des personnes allergiques aux aliments. Ces actes répétitifs présentent à la fois un risque de dommages psychologiques et une menace physique directe quant l’allergène est impliqué. Les programmes actuels d’interventions visant à réduire l’intimidation en milieu scolaire se sont montrés efficaces. Les résultats de l’étude soutiennent le besoin d’adresser ces interventions auprès des enfants qui vivent avec des allergies alimentaires. D’autres études sont nécessaires afin d’élucider l’étendue du problème et d’évaluer les interventions.

 

Référence :

Lieberman, J.A., Weiss, C., Furlong, T.J., Sicherer, M. & Sicherer, S.H. (2010). Bullying Among Pediatric Patients with Food Allergy. Annals of Allergy, Asthma & Immunology, 105, 282, 286.

Il existe des programmes et des services qui visent à prévenir la violence (physique, verbale et psychologique) en milieu scolaire au Québec. Veuillez consulter le site web pour plus d’informations.


Partagez cet article:

© 2014 Allergies Québec. Tous droits réservés.

Site web et stratégie #ByHoffman et Substance Stratégies