Nouvelles

Poivron Allergies Québec

Bien comprendre l’étiquette des aliments pour savoir y repérer les allergènes

Publié dans : Categorie

27 mai 2015

Engagez-vous dans notre communauté et partagez cet article

Inscrivez-vous à l'infolettre

En vous inscrivant à notre Infolettre, vous recevrez une publication mensuelle sur le thème des allergies alimentaires. Recettes, témoignages, articles d'actualité, information à jour et beaucoup plus vous seront communiqués douze fois par année. Les adresses courriel ne seront pas partagées et seront utilisées uniquement par notre association.


Depuis le 4 août 2012, une nouvelle réglementation relative à l’étiquetage des allergènes alimentaires élaborée par Santé Canada permet aux personnes allergiques d’identifier plus facilement la présence d’allergènes alimentaires dans un aliment. C’est à l’Agence canadienne d’inspection des aliments que revient la responsabilité de vérifier l’application des règlements en matière d’étiquetage des aliments.

La déclaration des allergènes alimentaires, du gluten et des sulfites ajoutés dans un aliment

Règle générale[i], tous les aliments préemballés vendus au Canada doivent présenter une étiquette sur laquelle figure la liste des ingrédients (en ordre décroissant de proportion). De plus, si un aliment préemballé contient un allergène alimentaire, du gluten ou des sulfites ajoutés à plus de 10 parties par million (ppm), ces derniers doivent être déclarés sur l’étiquette du produit sous son nom usuel (terme courant) afin d’être facilement identifiables par le consommateur. Ainsi, les termes suivants doivent apparaître sur l’étiquette d’un aliment préemballé lorsque l’on veut identifier un allergène alimentaire :
  • amandes, noix du Brésil, noix de cajou, noisettes, noix de macadamia, pacanes, pignons, pistaches ou noix;

  • arachides;
  • graines de sésame;
  • blé ou triticale;
  • œufs;
  • lait;
  • fèves de soya;
  • crustacés (nom usuel du crustacé);
  • mollusque (nom usuel du mollusque);
  • poisson (nom usuel du poisson);
  • graines de moutarde;
  • orge, avoine, seigle, triticale, blé ou gluten;
  • sulfites.

Selon les préférences du fabricant ou du distributeur, les allergènes alimentaires, le gluten et les sulfites peuvent être déclarés de deux manières sur l’étiquette d’un aliment préemballé :

    1. Directement dans la liste des ingrédients

Ex. :        Ingrédients : farine (blé), margarine (lait), sel


    2. Dans une mention « Contient » suivant directement la liste des ingrédients

Ex. :        Ingrédients : farine (blé), margarine (lait), sel

               Contient du blé et du lait

 

Si cette dernière option est choisie, tous les allergènes, gluten et sulfites contenus dans l’aliment doivent figurer dans cette mention. Notez que l’information relative aux allergènes alimentaires, tout comme la liste des ingrédients, peut figurer sur n’importe lequel des côtés de l’emballage (à l’exception du dessous) et être présentée en français et en anglais.

Figure 1 : Exemple de l’identification des allergènes alimentaires dans un produit préemballé 

L’utilisation des mentions de mise en garde 

C’est ici que tout se complique... Santé Canada a bel et bien émis une politique sur l’utilisation des mises en garde relatives aux allergènes alimentaires sur l’étiquette des aliments préemballés. Cette politique vise à déclarer, sur l’étiquette d’un aliment préemballé, la possibilité qu’un allergène alimentaire y soit accidentellement présent, notamment en cas de contamination lors de la fabrication de l’aliment. La mise en garde pourrait, par exemple, être affichée sur l’étiquette lorsque certains allergènes alimentaires sont utilisés dans la fabrication d’autres aliments préparés à la même usine, ou encore sur la même chaîne de production que l’aliment sans allergène. Lorsque c’est le cas, on demande au fabricant ou au distributeur de l’aliment d’inscrire la mention « Peut contenir [X] » sur l’étiquette du produit (voir figure 2). Toutefois, il est à noter que rien n’oblige un fabricant à insérer sur l’étiquette d’un aliment une telle mise en garde. La seule exigence de Santé Canada est que, si elles sont présentes, les mises en garde doivent être exactes, claires et dénuées d’ambigüité, et que leur utilisation n’ait pas pour but d’éviter de suivre les bonnes pratiques de fabrication.


Figure 2-A : Exemple de l'utilisation de la mise en garde relative aux allergènes alimentaires

 

Figure 2-B : Exemple de l'utilisation de la mise en garde relative aux allergènes alimentaires

 
 

En résumé, pour déterminer si un produit est exempt d’un allergène, il faut lire attentivement l’étiquette des aliments préemballés (voir tableau 1). On peut être assuré de l’absence d’un allergène alimentaire dans la composition d’un aliment si cet allergène ne figure pas dans la liste des ingrédients ni dans une mention « Contient ». Par contre, encore trop peu d’aliments assurent le consommateur de l’absence de contamination de l’aliment par un allergène. Le programme Contrôle Allergène Certifié est l’un des rares programmes qui assure au consommateur que le produit arborant son logo est produit dans une usine exempte d’arachides, d’amandes, de lait ou d’œufs.


Alors malgré la réglementation qui est de plus stricte en ce qui concerne les allergènes alimentaires, la vigilance est de mise en tout temps! 


[i] Certains aliments, par exemple les fruits et les légumes et les produits préparés en épicerie ne sont pas soumis à la réglementation sur l’étiquetage des aliments. Il est toutefois intéressant de savoir que si le commerçant décide de présenter malgré tout une étiquette sur un aliment exempté de la réglementation, il doit s’y conformer en tout point.

Partagez cet article:

© 2014 Allergies Québec. Tous droits réservés.

Site web et stratégie #ByHoffman et Substance Stratégies